Aller au contenu principal

Les appellations d’origine misent sur la recherche et la capitalisation des expériences

Maintenir les savoir-faire spécifiques, optimiser les systèmes fourragers, et assurer la durabilité des filières sont les trois priorités des AOP en matière de recherche. Ces orientations majeures ont été rappelées lors du Congrès de la Cnaol.

© Cnaol

L’ambition des AOP laitières sur la recherche est forte. Elles en ont même fait le thème principal du congrès Cnaol (Conseil national des appellations d’origine laitières) qui se tenait à Evian, en Haute-Savoie, fin septembre. « Nos filières doivent s’impliquer au côté des chercheurs et capitaliser les expériences si elles veulent préserver une bonne performance économique, sociale et environnementale », a affirmé en substance le président du Cnaol Dominique Chambon.



Le lait cru, vecteur essentiel du lien au terroir


Un premier cycle d’engagement collectif a démarré il y a cinq ans avec la création du RMT (Réseau mixte technologique) « fromages de terroir ». Ce lieu d’échange a permis de créer des synergies, de mutualiser les moyens et de trouver des financements. « Les actions conduites grâce au RMT ont montré l’importance d’une mobilisation collective de la recherche, des instituts techniques, des structures de développement et des filières AOP. » En témoignent par exemple celles menées avec l’ODG abondance, reconnue « filière de terrain », sur les pratiques des producteurs et la flore des laits, sur les composés d’intérêt nutritionnel des fromages, ou la construction d’une grille d’évaluation de développement durable de la filière. Les résultats sont valorisables par la filière abondance mais aussi par l’ensemble des filières.
Un nouveau projet de RMT est en cours d’agrément pour la période 2014-2018. Ses priorités ont été définies par la commission recherche et développement, nouvellement créée au sein du Cnaol pour renforcer le lien avec les filières. La première, essentielle, est de maintenir les savoir-faire spécifiques par des travaux sur la valorisation de la flore naturelle du lait cru. La deuxième est d’optimiser les systèmes fourragers et l’autonomie alimentaire des exploitations et des zones AOP en travaillant notamment sur le pâturage, les prairies et la complémentarité entre exploitations. La troisième priorité est d’assurer la durabilité des filières. Il s’agit d’étudier la viabilité des systèmes d’exploitation, l’impact global des filières par rapport aux attentes de la société, mais aussi le stockage carbone en prairies.

Les aop laitières

• 22 % des éleveurs de VL
• 10 % de la collecte de lait de vaches
• 28 fromages AOP lait de vaches, 3 beurres et 2 crèmes
• Tous laits : 75 % des volumes au lait cru, 25 % du CA secteur fromage et 58 000 emplois directs

Chiffres 2012

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière