Aller au contenu principal
Font Size

Les AOP veulent faire connaître leurs valeurs

Les Appellations d’origine protégées souffrent d’un manque de reconnaissance. Une campagne de communication collective inégalée débute en octobre.

122 % des éleveurs de lait 
de vaches produisent du lait sous au moins un cahier des charges AOP-AOC. 9,6 % de la collecte française est sous AOC.
122 % des éleveurs de lait
de vaches produisent du lait sous au moins un cahier des charges AOP-AOC. 9,6 % de la collecte française est sous AOC.
© A. Conté

Il sera difficile de ne pas voir cet automne le spot télévisé de 30 secondes mettant en avant le logo européen AOP et les 50 AOP laitières. La campagne de communication, dotée d’une enveloppe jamais atteinte de 6,1 millions d’euros sur trois ans, prévoit une très large diffusion sur tout un panel de chaînes entre le 13 octobre et le 30 novembre. Le budget est cofinancé par la Commission européenne (à hauteur de 50 %), et pour la première fois quinze AOP laitières s’impliquent financièrement (21 %) aux côtés de l’interprofession laitière (29 %). La campagne, qui se déroule également sur différents sites web (fromages-aop.com, marmiton.fr, 6play.fr…) se prolongera sur 2015 avec la diffusion de quinze films collectifs de 15 secondes ciblant les AOP participantes.
« Le principal objectif est d’augmenter la notoriété du logo AOP en le nourrissant des valeurs de l’AOP », a expliqué Patrice Chassard, président du Cnaol, lors de l’assemblée générale du Cnaol, le 19 septembre dernier à Bagnoles-de- l’Orne. Le programme déposé auprès de la Commission ambitionne de porter de 23 % à 40 % la reconnaissance du logo, et d’augmenter de 2 % les volumes AOP commercialisés entre 2014 et 2016.


Des outils de valorisation du territoire


Les AOP et leurs valeurs souffrent d’un manque de reconnaissance. « Ce que nous proposons avec une AOP est bien plus large qu’un simple style de production. C’est une économie du territoire, durable et de filière, avec des règles et un travail collectif. Comment faire passer le message ? », a lancé Patrick Mercier, président de l’association des ODG laitiers normands. Qui dit règles dit contrôles : « 6 200 contrôles sont réalisés chaque année et 4 millions d’euros y sont pour justifier aux consommateurs que ce qui est dit est vrai », a souligné Patrice Chassard. Une étude menée sur la zone du rocamadour entre 1996 et 2013, après la création du syndicat de producteurs, démontre l’impact économique et territorial d’une AOP : développement du tonnage (440  à 1 100 t), rupture de l’isolement des agriculteurs, outil d’aide à l’installation grâce à une meilleure attractivité, relocalisation des volumes sur le département, création d’emplois (110 emplois dans 3 entreprises)… Une autre étude comparant les performances économiques des filières laitières française et savoyarde est en cours de réalisation. Les premiers résultats font également ressortir l’efficacité de la filière savoyarde où seulement 17 % du lait n’est pas sous signe de qualité : elle crée 50 à 60 % d’emplois en plus par kilo de lait produit que la filière France tout en percevant sensiblement moins de subventions.


Renforcer le travail de lobbying à Bruxelles


L’assemblée générale a aussi été l’occasion de faire le point sur la réforme de l’Inao  : s’il y a des avancées (création d’un poste de référent produit agro-alimentaire, mise en place d’experts juridiques en région…), Patrice Chassard a demandé un traitement plus équitable au niveau des droits entre filières et notamment une contribution des filières bio. Évoquant le blocage des dossiers sur plusieurs années, il a plaidé pour plus de réactivité. Certains cahiers des charges comprenant des mesures de limitation de la productivité restent bloqués. Tout un travail pour faire comprendre à la DG Agri la notion de lien au terroir et la façon de l’exprimer au travers du cahier des charges est à mener.
Un des points clé à l’avenir pour le Cnaol sera de renforcer son action en amont. Le projet de lignes directrices de l’UE concernant les E. coli STEC montre l’importance de ce travail de lobbying. «  Nous avons besoin d’appuis concertés avec OriGIn, le Cniel, Atla… à Bruxelles. De plus en plus d’éléments réglementaires dépendent de l’Europe. ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière