Aller au contenu principal
Font Size

Les AOP Normandes s’engagent pour la biodiversité des micro-organismes

Extrait de la collection, Geotrichum candidum, espèce dominante retrouvée sur les fromages affinés.
Extrait de la collection, Geotrichum candidum, espèce dominante retrouvée sur les fromages affinés.
© V. Quartier

Maintenir et valoriser une collection régionale de micro-organismes d’intérêt alimentaire. Les AOP fromagères normandes (camembert de Normandie, livarot, pont l’évêque) et l’université de Caen ont inauguré le 11 juin le Conservatoire normand de la micro-biodiversité alimentaire (Conobial). À l’origine du projet, la volonté de l’université de Caen de valoriser les souches de micro-organismes laitiers stockées mais non utilisées, voire non identifiées pour certaines. En face, le souhait de l’association de gestion des ODG laitiers normands de mettre en avant des souches spécifiques de la typicité des fromages et de les protéger dans le cadre des AOP. Financé pour moitié par la région Basse-Normandie, et par les ODG et l’université pour l’autre moitié, Conobial est le fruit de la rencontre de la recherche et des professionnels.

Comprendre et renforcer la typicité des produits laitiers

Pour 2014-2015, Conobial s’est fixé l’objectif d’organiser physiquement la collection de 4 700 isolats issus de l’environnement laitier (lait cru, produits transformés, prairie, trayons..) et d’identifier 1000 d’entre eux. « La conservation et l’identification de ces isolats permettra à terme de déterminer certaines caractéristiques spécifiques des souches microbiennes et leur potentialité métabolique dans les laits et fromages AOP », explique Nathalie Desmasures, professeur de microbiologie à l’université de Caen.

Afin de pérenniser la collaboration débutée avec Conobial, un groupement d’intérêt scientifique (GIS) AOP laitières de Normandie a été créé. Cette structure permettra de monter des projets de recherche sur les souches laitières, les caractéristiques sensorielles des fromages, le lien entre les pratiques d’élevage et les flores des laits...

L’intérêt pour ces travaux n’est pas seulement régional. « Au niveau national, explique Laurent Forray, chargé de mission au Cnaol, les AOP échangent sur la connaissance et la compréhension des écosystèmes microbiens, dans l’objectif, notamment, de renforcer la typicité des produits. Cette collection représente une incroyable richesse ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière