Aller au contenu principal

Les antibiotiques, c'est pas systématique

Utiliser mieux et moins d’antibiotiques en élevage pour minimiser les risques d’apparition d’antibiorésistance, c’est indispensable si l’on veut à terme échapper à l’interdiction de certaines familles critiques.

Les pratiques en élevage bovin ne sont pas irréprochables
Les pratiques en élevage bovin ne sont pas irréprochables
© J.-M. Nicol

L’antibiorésistance est devenue une préoccupation majeure en santé humaine et en santé animale. C’est ce qui ressort clairement des Journées nationales des GTV (groupements techniques vétérinaires) sur l’antibiothérapie(1), sur lesquelles s’appuie ce dossier. Les médecins sont inquiets. Ils redoutent l’émergence de bactéries pathogènes totalement résistantes. Surtout que, depuis quelques années, des bactéries pluri-résistantes sont apparues en dehors du milieu hospitalier et qu’il est très peu probable que l’on découvre dans un avenir proche une nouvelle classe d’antibiotiques.


Bien sûr, les traitements humains et ceux des chiens et chats contribuent largement aux problèmes d’antibiorésistance observés chez l’homme. Mais cela ne fait plus aucun doute aujourd’hui: les traitements antibiotiques en élevage portent une part de responsabilité. Tout usage d’antibiotique est suivi très rapidement d’une sélection de souches résistantes. Les résistances, qui émergent d’abord au niveau de la flore commensale (naturelle) de l’intestin notamment, diffusent d’une espèce bactérienne vers une autre, qu’elle soit animale ou humaine.


Face à ce constat, une liste d’antibiotiques critiques (fluoroquinolones, céphalosporines de 3e et 4e génération, macrolides) a été dressée par l’Organisation mondiale de la santé. Et certaines voix s’élèvent pour demander l’interdiction pure et simple en médecine animale de certains antibiotiques critiques. Ce recentrage sur l’antibiothérapie humaine, selon Gérard Moulin, de l’Agence nationale du médicament vétérinaire, n’est pas à l’ordre du jour, pour le moment. On s’oriente davantage vers des utilisations plus ciblées, avec obligation de résultats si l’on veut préserver l’arsenal vétérinaire thérapeutique à l’avenir: il va falloir utiliser mieux et moins d’antibiotiques en élevage.


Les traitements préventifs et collectifs en élevage hors sol sont sans aucun doute les premiers visés. Mais les bovins ne sont pas blancs comme neige. Du fait de leur gabarit, ce sont de gros consommateurs d’antibiotiques. Et les pratiques ne sont pas irréprochables. L’utilisation d’antibiotiques contre les diarrhées des veaux est trop systématique. Il en est de même pour les boiteries : seul le panaris nécessite un antibiotique par voie générale. Au niveau des traitements des mammites — le premier motif d’utilisation d’antibiotiques en élevage laitier — des progrès aussi sont possibles. Il ne sert à rien de traiter les mammites incurables, alors qu’une bonne partie des échecs sont prévisibles. Et les traitements par voie générale et ceux à large spectre pourraient être limités.


Le décret Prescription-délivrance cadre la mise en place par le vétérinaire de protocoles de traitements adaptés à l’élevage. C’est un premier pas vers davantage de prévention et une utilisation plus raisonnée des antibiotiques. À quand des plans de traitement balisés, à l’image de ce qui existe en santé humaine pour les médecins? L’enjeu est de taille: maintenir la santé animale tout en préservant la santé humaine.


Note : (1) En mai 2010 à Lille.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Monnaie
Prix du lait : la grande distribution annonce plusieurs accords tarifaires 2021
A 385 ou 386 euros les 1000 litres, toutes primes confondues : c'est le prix du lait que Lidl, Carrefour et Système U annoncent…
Imposante structure de 25 m de haut et de 6,10 m de diamètre, le silo tour date de 1978. © B. Griffoul
"Notre ensilage d'herbe est stocké en silo tour"
Dans le Cantal, le Gaec de la Chevade dispose d'un silo tour de 800 m3 pour stocker l'ensilage d'herbe. Ce système permet aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière