Aller au contenu principal

Les andaineurs multirotors ont le vent en poupe

La volonté de réaliser des fourrages de qualité et au bon moment,
pousse les éleveurs à investir dans des andaineurs larges et évolués
pour être performants lors de la récolte.


La tendance est au fort développement des andaineurs à plusieurs rotors qui regroupent le fourrage sur des largeurs de plus de six mètres. En effet, les andaineurs à un rotor limite la largeur de travail aujourd´hui à 4 mètres, voire 4,50. « Il y a encore quatre à cinq ans, la largeur de ces andaineurs était au maximum de quatre mètres. A ce jour, je pense que la largeur de 4,50 mètres est limite pour ces andaineurs puisqu´il y a ensuite un problème d´encombrement mais aussi d´efficacité au travail. La surface du sol des parcelles est irrégulière et avec un seul rotor large il est difficile de faire travailler toutes les dents », explique Joël Foucher, directeur commercial de JF-Lemken-Stoll France.
Les modèles actuellement commercialisés se reposent souvent sur des roues placées en triangle ou sur quatre roues de façon à suivre plus efficacement les dénivellations du terrain. Selon les marques et les modèles, ces roues peuvent être pivotantes pour limiter les contraintes sur les essieux et les roues, notamment dans les demi-tours et les virages.
Ces solutions techniques se retrouvent aussi sur les andaineurs multirotors qui sont désormais les plus utilisés en France.
©JF-Lemken-Stoll France


Faible puissance de traction
Les andaineurs à deux rotors qui réalisent un andainage central sont très présents sur les chantiers de paille et pour les fourrages récoltés dans les parcelles en faible pente.
Selon Joël Foucher, « ces andaineurs sont des équipements de plus en plus fiables du fait de leur utilisation intensive et à des vitesses élevées, lors des chantiers de paille. Dans cette utilisation, il est fréquent de trouver des andaineurs qui affichent jusqu´à 1500 heures par an. Aussi, ils doivent travailler derrière des moissonneuses-batteuses qui déposent des andains de plus en plus larges ». A noter aussi que ce type d´andaineurs offre assez peu de possibilité de régler la largeur de travail et nécessite une puissance d´environ 80 à 100 chevaux.

Sept monorotors pour le prix d´un double rotor
Les modèles à 2 rotors tractés, avec poutre de liaison et à largeur réglable en continue, s´utilisent fréquemment dans les régions où le foin est un aliment important pour le bétail et pour les fourrages fragiles. Ils regroupent le fourrage sur une largeur variable de 3,30 à 6,50 m jusqu´à 13 m lorsqu´il y a un aller et retour et nécessitent une puissance de 60 à 70 cv, comme pour les andaineurs monorotors.
« Les andaineurs à deux rotors tractés, avec poutre de liaison et à réglage continu de la largeur, s´adaptent facilement aux conditions de travail, notamment au relief des parcelles du fait de l´indépendance des deux rotors. Ainsi, le traitement du fourrage est efficace et rapide ce qui permet de produire de la qualité et au bon moment », explique Joël Foucher.
Avec ces évolutions techniques et des rendements de plus en plus élevés, le prix des andaineurs a aussi évolué. Il est ainsi possible d´acquérir un petit andaineur monorotor pour environ 2500 à 3000 ?. Pour le modèle à un rotor plus large, il faut compter entre 4000 et 6000 ?. Enfin, pour les modèles à deux rotors, la fourchette de prix peut aller de 10 000 à 17 000 ?, selon les marques, les modèles et les équipements.
©JF-Lemken-Stoll France

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière