Aller au contenu principal

Les andaineurs multirotors ont le vent en poupe

La volonté de réaliser des fourrages de qualité et au bon moment,
pousse les éleveurs à investir dans des andaineurs larges et évolués
pour être performants lors de la récolte.


La tendance est au fort développement des andaineurs à plusieurs rotors qui regroupent le fourrage sur des largeurs de plus de six mètres. En effet, les andaineurs à un rotor limite la largeur de travail aujourd´hui à 4 mètres, voire 4,50. « Il y a encore quatre à cinq ans, la largeur de ces andaineurs était au maximum de quatre mètres. A ce jour, je pense que la largeur de 4,50 mètres est limite pour ces andaineurs puisqu´il y a ensuite un problème d´encombrement mais aussi d´efficacité au travail. La surface du sol des parcelles est irrégulière et avec un seul rotor large il est difficile de faire travailler toutes les dents », explique Joël Foucher, directeur commercial de JF-Lemken-Stoll France.
Les modèles actuellement commercialisés se reposent souvent sur des roues placées en triangle ou sur quatre roues de façon à suivre plus efficacement les dénivellations du terrain. Selon les marques et les modèles, ces roues peuvent être pivotantes pour limiter les contraintes sur les essieux et les roues, notamment dans les demi-tours et les virages.
Ces solutions techniques se retrouvent aussi sur les andaineurs multirotors qui sont désormais les plus utilisés en France.
©JF-Lemken-Stoll France


Faible puissance de traction
Les andaineurs à deux rotors qui réalisent un andainage central sont très présents sur les chantiers de paille et pour les fourrages récoltés dans les parcelles en faible pente.
Selon Joël Foucher, « ces andaineurs sont des équipements de plus en plus fiables du fait de leur utilisation intensive et à des vitesses élevées, lors des chantiers de paille. Dans cette utilisation, il est fréquent de trouver des andaineurs qui affichent jusqu´à 1500 heures par an. Aussi, ils doivent travailler derrière des moissonneuses-batteuses qui déposent des andains de plus en plus larges ». A noter aussi que ce type d´andaineurs offre assez peu de possibilité de régler la largeur de travail et nécessite une puissance d´environ 80 à 100 chevaux.

Sept monorotors pour le prix d´un double rotor
Les modèles à 2 rotors tractés, avec poutre de liaison et à largeur réglable en continue, s´utilisent fréquemment dans les régions où le foin est un aliment important pour le bétail et pour les fourrages fragiles. Ils regroupent le fourrage sur une largeur variable de 3,30 à 6,50 m jusqu´à 13 m lorsqu´il y a un aller et retour et nécessitent une puissance de 60 à 70 cv, comme pour les andaineurs monorotors.
« Les andaineurs à deux rotors tractés, avec poutre de liaison et à réglage continu de la largeur, s´adaptent facilement aux conditions de travail, notamment au relief des parcelles du fait de l´indépendance des deux rotors. Ainsi, le traitement du fourrage est efficace et rapide ce qui permet de produire de la qualité et au bon moment », explique Joël Foucher.
Avec ces évolutions techniques et des rendements de plus en plus élevés, le prix des andaineurs a aussi évolué. Il est ainsi possible d´acquérir un petit andaineur monorotor pour environ 2500 à 3000 ?. Pour le modèle à un rotor plus large, il faut compter entre 4000 et 6000 ?. Enfin, pour les modèles à deux rotors, la fourchette de prix peut aller de 10 000 à 17 000 ?, selon les marques, les modèles et les équipements.
©JF-Lemken-Stoll France

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière