Aller au contenu principal
Font Size

Les alpagistes révoltés et inquiets pour l’avenir

L'assureur d’un alpagiste a été condamné à verser près de 95 000 euros de dommages et intérêts à un jeune couple de randonneurs suisse.

Les alpagistes étaient sous le choc en apprenant le verdict du jugement. Rappel des faits. Le 6 juin 2010, un couple se balade dans le massif jurassien. Il entre dans un alpage pour faire quelques selfies avec le troupeau de l’éleveur, Jean-François Girard. Sans que l’on sache ni pourquoi ni comment, une vache aurait agressé le couple. La jeune femme s’en tire avec un bras cassé et des ecchymoses au visage et décide de porter l’affaire devant la justice, avec le résultat que l’on sait…

Malgré le sentiment d’injustice, les avocats ont décidé de ne pas faire appel de cette décision, « car nous n’avions pas d’éléments nouveaux à présenter », justifie Alain Carrichon, président de l’association des alpagistes. La loi donne effectivement raison aux plaignants. L’article 1385 du Code civil précise que tout propriétaire d’animaux est responsable des dommages engendrés par ceux-ci, y compris dans des propriétés privées. Et quand bien même l’agriculteur afficherait des panneaux d’information et de vigilance, il ne serait pas dédouané. « Cela prouverait simplement sa bonne foi ».

"Ce n'est pas un problème local mais bien national"

Au-delà de ce cas particulier, les alpagistes sont inquiets car les promeneurs sont de plus en plus nombreux et de moins en moins respectueux de la propriété privée ; et souvent inconscients des dangers. Les accidents ne sont malheureusement pas si rares. « Il y a quelques jours, un touriste a eu peur en voyant des vaches, arrivant aux alpages en camion, se mettre à cavaler. Il a couru, a chuté et s’est cassé l’épaule. Il a estimé qu’il s’était fait charger… On ne sait pas encore s’il portera plainte… », raconte Alain Carrichon.

L’association des alpagistes a sollicité la FDSEA de l’Ain pour faire remonter le dossier à Paris : « car ce n’est pas un problème local mais bien national », insiste le président des alpagistes. Pour lui, il faut modifier le Code civil. « Nous allons également passer par la voie politique.»

L’autre interrogation est judiciaire. Cette décision peut-elle faire jurisprudence ? En théorie non, puisque seules les affaires jugées en cour d’appel ou de cassation peuvent nourrir la jurisprudence. Il n’empêche que ce verdict rappelle douloureusement l’application d’une loi, fusse-t-elle jugée désuète par certains. Un verdict qui pourrait aussi donner des idées à de futurs plaignants…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière