Aller au contenu principal

BRETAGNE
Les Agri'novateurs du Finistère se mettent en réseau

Quarante agriculteurs « expérimentateurs » bretons viennent de créer le premier réseau du genre. Un réseau qui ne demande qu'à grossir.

© Chambre d'agriculture du Finistère

Les Bretons ne manquent pas d'idées. Après avoir été les initiateurs du réseau Base dédié à l'agriculture de conservation il y a une dizaine d'années, voici qu'une quarantaine d'agriculteurs finistériens viennent de lancer le réseau des Agri'novateurs. Ce qui les rassemble, c'est qu'ils ont tous expérimenté des pratiques nouvelles, innovantes sur leur ferme. Si ce réseau finistérien est porté par la chambre, les comités de développement du département et la fédération départementale des Cuma via Innov29, l'idée est bien venue des agriculteurs eux-mêmes, ils ne sont pas Agri'novateurs pour rien !
Peu importe les productions, les opinions et les systèmes de production. « C'est la diversité qui fait la richesse », souligne Jean-Hervé Caugant, producteur de lait bio (600 000 l) à l'origine du réseau, vice-président de la chambre d'agriculture du Finistère, en invitant tous ceux qui sont dans une phase d'innovations à rejoindre le groupe. « Regroupons les énergies et valorisons ce qui se fait chez nous ». « Au mieux, un agriculteur ne peut mener qu'une quarantaine d'expériences sur des cultures dans sa vie, un peu plus en élevage », argumente Jean-François Sarreau (220 ha de cultures), créateur en 2000 du groupe TCS du Finistère qui compte 200 adhérents. Plus on est nombreux, plus on avance vite.


Repérer, valider et diffuser les innovations

 

L'objectif du réseau est d'être une cellule « critique constructive » des innovations. « Innover tout seul dans son coin ne fait pas avancer : se grouper permet de valider des hypothèses », souligne Nicolas Hallégouët (co-président de TCS 29 et vice-président de l'Apad). C'est aussi de créer du lien entre la recherche institutionnelle et les agriculteurs expérimentateurs, jugé aujourd'hui insuffisant. « Nous voulons être une interface entre le monde agricole qui propose des solutions -- parfois pertinentes et parfois non --, et des moyens de recherche, explique Erwan Le Roux (270 000 litres de lait bio dans un système d'inspiration néozélandaise). Le réseau doit permettre de centraliser les questions que se posent les agriculteurs dans leurs fermes. Pour la monotraite par exemple, il y a un besoin d'informations plus pointues et plus techniques. » Son objectif aussi est de permettre de repérer, faire le tri, valider, formaliser et diffuser les informations. Mais son ambition va au-delà de l'innovation : il se veut « un groupe d'échanges et de réflexion sur les grands enjeux pour s'adapter à un monde globalisé qui évolue très vite ».


Être l'interface entre le monde agricole et la recherche

 


L'enjeu de l'innovation est « d'améliorer au moins l'un des trois critères : économique, environnemental et social, sans dégrader les deux autres, avec un objectif de durabilité. C'est la seule façon d'avancer », résume Nicolas Hallégouët. Et l'heure est à « l'approche systémique : il faut raisonner la cohérence entre le sol et les trois piliers que sont les plantes, les animaux, et les amendements organiques. La vie biologique du sol doit être la clé de voûte du système. »
Les agriculteurs du réseau Agri'novateurs en sont convaincus : maîtriser les savoir-faire apporte de la sérénité et de la confiance ; et réintégrer l'agriculture dans la société donne du sens et de l'ambition au métier.

Quelques exemples d'innovations du réseau

. Des essais de mélanges de couverts végétaux dans le maïs, mais pas n'importe lesquels, pour diversifier l'alimentation des vaches, et structurer et protéger le sol.
. Un essai de culture de soja sous bâche : le paillage plastique avec
la technique Samco a permis cette année un rendement satisfaisant.
. Un tapis d'alimentation avec remorque distributrice installée sur un système de balance permettant de peser la ration à distribuer (30 000 euros). Le chargement de la remorque n'est fait qu'une fois par jour.
. Une nouvelle technique de compostage avec un additif de litière. Le compost n'est plus soumis aux obligations réglementaires du fumier.
. Les petits branchages (non valorisables en plaquettes) transformés en charbon grâce à une combustion sans oxygène, donc sans émission de CO2.
. L'installation d'un panneau d'information sur l'agriculture de conservation destiné au grand public et situé à un carrefour de grand passage. Un flashcode renvoie le citoyen qui veut en savoir plus sur un site.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière