Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« L'enrubannage se conserve mieux avec le système de film liage »

« Dans notre système, l'herbe occupe une place très importante (35 ha sur une SAU de 60 ha). Nous avons 29 ha de prairies temporaires multiespèces à base de plusieurs ray-grass anglais, trèfle blanc mais aussi de la fléole. Nous réservons l'ensilage d'herbe aux vaches laitières (50 Normandes à 7 600 kg). L'enrubannage est destiné aux génisses (vêlage à 28-29 mois) et aux bœufs (20/an). Nous recherchons un enrubannage à 65 ou 70 % de MS (récolte fin montaison-début épiaison) pour obtenir un bon compromis entre le rendement hectare, la qualité de l'herbe et sa teneur en cellulose. Et le fourrage se conserve mieux. Nos besoins s'élèvent à une centaine de boules par an. Depuis le printemps dernier, notre entrepreneur enrubanne avec du film liage (film plastique translucide) à la place des filets(1). Ce film est ensuite recouvert par un second film vert. Nous avons ouvert 25 boules cet hiver. Jusqu'ici, la qualité de conservation du fourrage est meilleure par rapport à de l'enrubannage classique. Il n'y a pas de moisissures. Comme les boules sont mieux serrées, elles se reprennent plus facilement dans le champs avec la pince. Elles ne se déforment pas. Il n'y a pas d'entrée d'air. Les boules étant plus compactes, elles pèsent environ 300 kg contre 250 kg avec de l'enrubannage classique. Comme l'équipement coupe le fourrage en brins de 10 cm de long (un couteau sur deux), c'est idéal pour préparer la ration des génisses avec la mélangeuse : enrubannage d'herbe, ensilage de maïs et tourteau de colza (paille à volonté à l'auge). Autre avantage, les deux films plastiques peuvent être recyclés ensemble. En revanche, il faut secouer un peu plus le film plastique à l'ouverture pour éviter qu'un peu de fourrage adhère au film de liage. Nous avons payé 12,50 euros par boule soit environ 50 centimes d'euro de plus par boule par rapport au système avec filet. Mais ce surcoût est largement compensé par la plus forte densité des balles et la meilleure conservation du fourrage. »

(1) Système Tenobalecompressor développé par Trioplast
« La boule ne se déforme pas quand on la prend. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Elevage des veaux au Québec : « Le colostrum, c’est bien plus que des anticorps »
Pour la nutritionniste québécoise Déborah Santschi, le premier repas de colostrum est extrêmement important car il a un impact à…
Le pare-chocs réduit l’accidentologie
Machinisme
Marché confidentiel en France, les pare-chocs frontaux sur tracteur intriguent de plus en plus les agriculteurs.
élevage laitier polonais
La Pologne opère une diversification de ses produits laitiers et de ses clients

Ce qui pourrait contrarier l'essor de la production laitière serait la hausse des coûts. Une hausse liée à la…

contrat
[Prix du lait] La Commission européenne valide les indicateurs économiques de la filière
Le tableau de bord des indicateurs économiques donne un cadre économique de référence pour les négociations commerciales de 2020.
Vignette
Mobilisation collective pour mieux valoriser le lait de montagne
Les deux tiers du lait de montagne sont insuffisamment valorisés, alors que les atouts de la montagne sont en phase avec les…
Mieux gérer la mise à jour des données journalières des automates

Au sein de France conseil élevage, plusieurs projets sont développés pour assurer la collecte, le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière