Aller au contenu principal

L'empreinte environnementale du lait français s'est déjà améliorée

Le Cniel et l'Institut de l'élevage ont communiqué, lors du Space, sur les améliorations constatées, dans tous les systèmes laitiers, sur l'empreinte carbone et le potentiel d'eutrophisation.

Carbon dairy est 
le plan de réduction 
des émissions de GES 
de la production laitière. Une de ses finalités 
est de valoriser financièrement les 
efforts de la production.
Carbon dairy est
le plan de réduction
des émissions de GES
de la production laitière. Une de ses finalités
est de valoriser financièrement les
efforts de la production.
© F. Mechekour

Entre 1990 et 2010, l'empreinte carbone du lait a baissé d'environ 20 %, passant de 1,3 à 1,0 kilo de CO2 par litre de lait. Les six systèmes laitiers analysés (plus ou moins d'herbe et de maïs, en plaine et en montagne) ont réduit leur empreinte grâce à une baisse de leurs émissions.
Entre 1990 et 2010, le potentiel d'eutrophisation s'est réduit de 60 %, passant de 60,5 à 22 kg PO4/ha. Cet indicateur prend en compte les rejets en azote et en phosphore des exploitations et les caractéristiques du milieu. Il baisse pour tous les systèmes, et les écarts entre systèmes se sont considérablement réduits.
Ces performances s'expliquent par la mise aux normes des exploitations (plus de stockage, meilleure valorisation des déjections), l'optimisation des pratiques de fertilisation pour répondre au plus juste aux besoins des plantes et l'augmentation de la production par vache, qui s'est notamment traduire par une réduction du cheptel français pour un même volume de lait produit.
Ces résultats sont très encourageants pour tenir les objectifs de l'Union européenne de réduction des émissions de GES (gaz à effet de serre) : -20 % à horizon 2020 (par rapport à 2005), -36 % à horizon 2030 (par rapport à 1990), -42 à 49 % en 2050 (par rapport à 1990).


Carbon dairy, pour poursuivre les améliorations


Le plan carbone de la production laitière française porte un nom : Carbon Dairy. Porté par un réseau (Institut de l'élevage, Cniel, contrôles laitiers et chambres d'agriculture de Bretagne, Pays de la Loire, Basse Normandie, Nord Pas de Calais, Lorraine, Rhône Alpes), il va durer de juillet 2013 à juin 2018. Son objectif est la réduction de 20 % des émissions de GES à échéance de dix ans, tout en assurant la durabilité technico-économique, environnementale et sociale des élevages laitiers.
Les mesures seront réalisées sur 3 900 élevages laitiers. Le plan carbone, avec ses plans d'actions techniques, sera construit et testé (suivi technico-économique et environnemental, entretiens avec les éleveurs) sur 60 fermes innovantes à faible impact carbone.
« Le but est d'associer à ce travail un maximum de partenaires privés. Des grandes laiteries se montrent déjà intéressées. On sent une volonté des acteurs de la filière de mutualiser les efforts, de partager les méthodes, d'avancer ensemble dans la même direction », souligne Jean-Baptiste Dollé, de l'Institut de l'élevage. La filière laitière française doit relever l'enjeu de l'évolution vers des systèmes productifs, à plus faible empreinte environnementale, et apportant des contributions positives (biodiversité, stockage du carbone).
« L'idée est, à terme, de valoriser financièrement les réductions des émissions de GES via un projet « crédit carbone », à l'image de la monnaie CO2 lancée par Bleu Blanc Coeur (sur les émissions de méthane entérique évitées). »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière