Aller au contenu principal
Font Size

L’éleveur devenu comédien

Patrick Cosnet, après avoir été éleveur laitier pendant quinze ans, s’est lancé, avec succès, dans le théâtre. Avec humour, tendresse et poésie, il raconte l’évolution du monde rural et agricole.

1Créée en 1997, la pièce « D’une seule traite », 
déjà jouée des centaines de fois, a été réactualisée en 2013 à la demande de l’Institut de l’élevage 
face aux problèmes persistants de cellules.
1Créée en 1997, la pièce « D’une seule traite »,
déjà jouée des centaines de fois, a été réactualisée en 2013 à la demande de l’Institut de l’élevage
face aux problèmes persistants de cellules.
© Compagnie Patrick Cosnet

Fils d’éleveurs laitiers de la Sarthe, Patrick Cosnet n’aurait jamais pensé devenir comédien. « J’ai découvert l’art au lycée agricole de Laval, à travers l’éducation culturelle, explique-t-il. Cela a été une révélation. J’ai compris que le théâtre, la peinture, la photo permettent d’exprimer beaucoup de choses. Cela m’a donné envie d’écrire, de réfléchir, de raconter comment fonctionnent les gens. » Après le lycée, il s’installe pourtant comme éleveur laitier, d’abord avec sa femme puis en Gaec avec un associé. L’exploitation, située à Pouancé (49), compte cinquante vaches laitières et produit des yaourts et des poulets. « J’ai été éleveur pendant quinze ans. Mais l’envie d’écrire ne m’avait pas quitté. À 34 ans, j’ai écrit une première pièce, « La casquette du dimanche », sur la façon dont on accompagnait les morts à la campagne. J’ai demandé à un voisin metteur en scène de m’aider. J’ai d’abord joué ma pièce à Pouancé, dans un festival, puis au centre dramatique national d’Angers. Le succès a été immédiat. » Pendant quelque temps, Patrick Cosnet continue à exercer son métier d’éleveur, à assurer la traite du matin, à porter ses habits d’éleveur toute la journée. « Mais au bout d’un moment, il a fallu trouver une autre solution. Mon associé m’a encouragé à continuer le théâtre. Nous avons embauché un salarié qui m’a finalement remplacé dans le Gaec. »


« Je prends toujours le parti des éleveurs »

 

Aujourd’hui Patrick Cosnet est comédien à part entière. Il habite toujours à Pouancé, sur la ferme, et y a créé une compagnie de théâtre. « J’ai joué à Paris pendant trois mois. Mais je me suis rendu compte que là-bas ou ici, il y a toujours des gens devant. J’ai donc choisi de revenir à Pouancé et d’y développer le théâtre. » C’est sur la ferme de voisins, l’Herberie, qu’il propose d’abord ses spectacles. Puis il crée le concept Fermes en scène, qui consiste à jouer dans des fermes. « Fermes en scène permet à des gens qui vont peu au théâtre de voir du théâtre professionnel. Et on réunit ainsi sur une ferme des ruraux, des agriculteurs, des urbains et des artistes. » Il crée aussi Quartiers en scène, qui permet de déplacer ses spectacles dans les villes et de toucher un autre public. Ses spectacles parlent pour la plupart du monde rural et de l’agriculture, de leur évolution, mais aussi des mines d’ardoise de sa région, de la fermeture des usines Renault, de la religion. Dans sa pièce « D’une seule traite », réactualisée cette année avec un nouvel associé « Robert », le robot de traite, il raconte avec humour le quotidien des éleveurs et de ceux qui font la qualité du lait. Il amène aussi à réfléchir sur le sens des choses, l’amour du métier, la place de la machine, la qualité de vie, le vivre ensemble. Sa matière, il la trouve dans ses discussions quotidiennes avec son ex-associé, avec ses deux frères éleveurs laitiers et avec l’ensemble des intervenants de l’élevage. « Et je prends toujours le parti des éleveurs », assure-t-il. Ses pièces sont souvent suivies d’un débat, entre éleveurs, ruraux, urbains et entre les éleveurs eux-mêmes. « Le théâtre sert à se disputer dans la bonne humeur, estime-t-il. Les spectateurs se servent souvent des personnages de la pièce pour exprimer leur avis. Et l’élevage intéresse autant les agriculteurs et les ruraux que les urbains qui comprennent ainsi les difficultés du monde agricole. »

Quatorze pièces jouées dans toute la France

La Compagnie Patrick Cosnet rassemble douze artistes, comédiens et musiciens. Elle propose quatorze spectacles, Patrick Cosnet jouant dans onze d’entre elles. Elle a aussi
créé une école de théâtre à Pouancé. La compagnie joue soixante-dix fois par an sur la ferme-auberge de l’Herberie.
Mais ses pièces sont aussi présentées sur d’autres fermes, dans les quartiers et dans d’autres régions. Les plus connues concernant le monde rural sont « La Casquette du dimanche », « La Casquette de travers », « La Casquette du lendemain »,
qui se passe en 2027, et « D’une seule traite ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière