Aller au contenu principal

L’éleveur devenu comédien

Patrick Cosnet, après avoir été éleveur laitier pendant quinze ans, s’est lancé, avec succès, dans le théâtre. Avec humour, tendresse et poésie, il raconte l’évolution du monde rural et agricole.

1Créée en 1997, la pièce « D’une seule traite », 
déjà jouée des centaines de fois, a été réactualisée en 2013 à la demande de l’Institut de l’élevage 
face aux problèmes persistants de cellules.
1Créée en 1997, la pièce « D’une seule traite »,
déjà jouée des centaines de fois, a été réactualisée en 2013 à la demande de l’Institut de l’élevage
face aux problèmes persistants de cellules.
© Compagnie Patrick Cosnet

Fils d’éleveurs laitiers de la Sarthe, Patrick Cosnet n’aurait jamais pensé devenir comédien. « J’ai découvert l’art au lycée agricole de Laval, à travers l’éducation culturelle, explique-t-il. Cela a été une révélation. J’ai compris que le théâtre, la peinture, la photo permettent d’exprimer beaucoup de choses. Cela m’a donné envie d’écrire, de réfléchir, de raconter comment fonctionnent les gens. » Après le lycée, il s’installe pourtant comme éleveur laitier, d’abord avec sa femme puis en Gaec avec un associé. L’exploitation, située à Pouancé (49), compte cinquante vaches laitières et produit des yaourts et des poulets. « J’ai été éleveur pendant quinze ans. Mais l’envie d’écrire ne m’avait pas quitté. À 34 ans, j’ai écrit une première pièce, « La casquette du dimanche », sur la façon dont on accompagnait les morts à la campagne. J’ai demandé à un voisin metteur en scène de m’aider. J’ai d’abord joué ma pièce à Pouancé, dans un festival, puis au centre dramatique national d’Angers. Le succès a été immédiat. » Pendant quelque temps, Patrick Cosnet continue à exercer son métier d’éleveur, à assurer la traite du matin, à porter ses habits d’éleveur toute la journée. « Mais au bout d’un moment, il a fallu trouver une autre solution. Mon associé m’a encouragé à continuer le théâtre. Nous avons embauché un salarié qui m’a finalement remplacé dans le Gaec. »


« Je prends toujours le parti des éleveurs »

 

Aujourd’hui Patrick Cosnet est comédien à part entière. Il habite toujours à Pouancé, sur la ferme, et y a créé une compagnie de théâtre. « J’ai joué à Paris pendant trois mois. Mais je me suis rendu compte que là-bas ou ici, il y a toujours des gens devant. J’ai donc choisi de revenir à Pouancé et d’y développer le théâtre. » C’est sur la ferme de voisins, l’Herberie, qu’il propose d’abord ses spectacles. Puis il crée le concept Fermes en scène, qui consiste à jouer dans des fermes. « Fermes en scène permet à des gens qui vont peu au théâtre de voir du théâtre professionnel. Et on réunit ainsi sur une ferme des ruraux, des agriculteurs, des urbains et des artistes. » Il crée aussi Quartiers en scène, qui permet de déplacer ses spectacles dans les villes et de toucher un autre public. Ses spectacles parlent pour la plupart du monde rural et de l’agriculture, de leur évolution, mais aussi des mines d’ardoise de sa région, de la fermeture des usines Renault, de la religion. Dans sa pièce « D’une seule traite », réactualisée cette année avec un nouvel associé « Robert », le robot de traite, il raconte avec humour le quotidien des éleveurs et de ceux qui font la qualité du lait. Il amène aussi à réfléchir sur le sens des choses, l’amour du métier, la place de la machine, la qualité de vie, le vivre ensemble. Sa matière, il la trouve dans ses discussions quotidiennes avec son ex-associé, avec ses deux frères éleveurs laitiers et avec l’ensemble des intervenants de l’élevage. « Et je prends toujours le parti des éleveurs », assure-t-il. Ses pièces sont souvent suivies d’un débat, entre éleveurs, ruraux, urbains et entre les éleveurs eux-mêmes. « Le théâtre sert à se disputer dans la bonne humeur, estime-t-il. Les spectateurs se servent souvent des personnages de la pièce pour exprimer leur avis. Et l’élevage intéresse autant les agriculteurs et les ruraux que les urbains qui comprennent ainsi les difficultés du monde agricole. »

Quatorze pièces jouées dans toute la France

La Compagnie Patrick Cosnet rassemble douze artistes, comédiens et musiciens. Elle propose quatorze spectacles, Patrick Cosnet jouant dans onze d’entre elles. Elle a aussi
créé une école de théâtre à Pouancé. La compagnie joue soixante-dix fois par an sur la ferme-auberge de l’Herberie.
Mais ses pièces sont aussi présentées sur d’autres fermes, dans les quartiers et dans d’autres régions. Les plus connues concernant le monde rural sont « La Casquette du dimanche », « La Casquette de travers », « La Casquette du lendemain »,
qui se passe en 2027, et « D’une seule traite ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière