Aller au contenu principal

Le travail est le premier facteur limitant à l'augmentation du cheptel laitier

D’après une enquête de la chambre d’agriculture du Nord-Pas-de-Calais menée auprès de 197 élevages laitiers, 63 % des exploitations envisagent de produire plus demain si les prix se maintiennent.

Vaches laitières au pâturage dans le Nord.
Vaches laitières au pâturage dans le Nord.
© F. Mechekour

Parmi les éleveurs qui souhaitent s’engager dans cette voie, 39 % envisagent d’augmenter leurs effectifs de vaches et 24 % d’améliorer la production par vache. Parmi les facteurs limitants, le travail et les bâtiments sont cités dans 41 % des élevages, suivis par la réglementation environnementale (10 %) et la ressource en fourrages (9 %).
Pour s’adapter aux contraintes liées à la main-d’œuvre, les deux solutions les plus fréquemment citées (28 % chacune) concernent la simplification des techniques d’élevage et l’embauche de salarié. La simplification des pratiques culturales — dont la délégation des cultures — est quant à elle citée dans 17 % des cas, suivie par le choix de la spécialisation (12 %).
Après mise en œuvre de solution pour faire face à la contrainte main-d’œuvre, la capacité de production potentielle pourrait passer en moyenne de 62 vaches par exploitation à 77, soit 15 vaches supplémentaires.


Les systèmes logettes/lisier devraient progresser


Côté bâtiments, les éleveurs disposent en moyenne de 6 places supplémentaires et 38 % projettent d’investir dans l’aménagement de leur bâtiment dédié aux laitières. Trois éleveurs sur quatre s’orientent vers un système logettes ; les conduites logettes/lisier devraient gagner du terrain passant de 19 % aujourd’hui à 28 % demain, au détriment des aires paillées. Près d’un éleveur sur deux a en tête un projet d’équipement (16 % dans un racleur, 13 % dans un matériel de distribution, 7 % dans un DAC ou DAL). Concernant la traite, un éleveur sur quatre se dit prêt à allonger son temps de traite, et un sur trois envisage des investissements en matière d’équipement. Parmi eux, 40 % comptent augmenter le nombre de postes et 60 % visent un changement de système de traite, dont la moitié pour passer en robot.
Enfin, la surface d’épandage limitante, le régime installations classées et la capacité de stockage des effluents apparaissent chacuns un frein pour un quart des élevages.


(1) dont 54 % spécialisés

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière