Aller au contenu principal

Le travail est le premier facteur limitant à l'augmentation du cheptel laitier

D’après une enquête de la chambre d’agriculture du Nord-Pas-de-Calais menée auprès de 197 élevages laitiers, 63 % des exploitations envisagent de produire plus demain si les prix se maintiennent.

Vaches laitières au pâturage dans le Nord.
Vaches laitières au pâturage dans le Nord.
© F. Mechekour

Parmi les éleveurs qui souhaitent s’engager dans cette voie, 39 % envisagent d’augmenter leurs effectifs de vaches et 24 % d’améliorer la production par vache. Parmi les facteurs limitants, le travail et les bâtiments sont cités dans 41 % des élevages, suivis par la réglementation environnementale (10 %) et la ressource en fourrages (9 %).
Pour s’adapter aux contraintes liées à la main-d’œuvre, les deux solutions les plus fréquemment citées (28 % chacune) concernent la simplification des techniques d’élevage et l’embauche de salarié. La simplification des pratiques culturales — dont la délégation des cultures — est quant à elle citée dans 17 % des cas, suivie par le choix de la spécialisation (12 %).
Après mise en œuvre de solution pour faire face à la contrainte main-d’œuvre, la capacité de production potentielle pourrait passer en moyenne de 62 vaches par exploitation à 77, soit 15 vaches supplémentaires.


Les systèmes logettes/lisier devraient progresser


Côté bâtiments, les éleveurs disposent en moyenne de 6 places supplémentaires et 38 % projettent d’investir dans l’aménagement de leur bâtiment dédié aux laitières. Trois éleveurs sur quatre s’orientent vers un système logettes ; les conduites logettes/lisier devraient gagner du terrain passant de 19 % aujourd’hui à 28 % demain, au détriment des aires paillées. Près d’un éleveur sur deux a en tête un projet d’équipement (16 % dans un racleur, 13 % dans un matériel de distribution, 7 % dans un DAC ou DAL). Concernant la traite, un éleveur sur quatre se dit prêt à allonger son temps de traite, et un sur trois envisage des investissements en matière d’équipement. Parmi eux, 40 % comptent augmenter le nombre de postes et 60 % visent un changement de système de traite, dont la moitié pour passer en robot.
Enfin, la surface d’épandage limitante, le régime installations classées et la capacité de stockage des effluents apparaissent chacuns un frein pour un quart des élevages.


(1) dont 54 % spécialisés

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière