Aller au contenu principal

Le taux de croisement viande a chuté de 33 % depuis 2005

Génisses de race montbéliarde et veau croisé au pâturage.
Génisses de race montbéliarde et veau croisé au pâturage.
© S. Leitenberger / archives

« L’agrandissement structurel des élevages couplé à une faible longévité des vaches laitières engendre un fort besoin en génisses de renouvellement et laisse donc peu de place au croisement. » Telle est l’une des principales conclusions d’une étude de l’Institut de l’élevage portant sur le croisement viande en élevage laitier présentée aux Journées 3R. Les auteurs(1) rappellent en effet qu’entre 2005 et 2012, le nombre d’élevages laitiers a diminué de 31 % alors que la production laitière nationale a progressé de 6 % sur la même période. Au final, « compte tenu de la baisse tendancielle du cheptel laitier (- 6 % entre 2005 et 2012), le nombre de naissances de veaux croisés a reculé de 39 % pour tomber à 444 000 têtes ». En 2012, le taux de croisement était supérieur en race Montbéliarde (27 %), mais avec une diversité de situations selon les régions. Venaient ensuite la Normande (13 %) puis la Prim’Holstein (9 %). La moyenne pour les trois races se situait à 13 %.


Le recul du croisement devrait s’accentuer


Plus étonnant, « l’utilisation de semences sexées (4 % des IA totales) ne s’accompagne pas d’une augmentation du taux de croisement ». Les auteurs prédisent même qu’avec la suppression des quotas, « le recul du croisement devrait s’accentuer ces prochaines années notamment chez les éleveurs souhaitant augmenter leur production ».


(1) S. Bouyssière, M.Carlier, B. Lelyon

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Une action de relevé de prix en supermarché. L'objectif est de faire passer des hausses de prix des produits laitiers et qu'elles soient répercutées aux producteurs.
Prix du lait : Les éleveurs français s'impatientent
Avec 428,5 €/1000 l pour Lactalis de prix de base en 38/32 sur juin-juillet-août en moyenne nationale et environ 415 € de prix…
Bien s’organiser et surveiller les paramètres importants sont essentiels pour réussir l’ensilage de maïs.
Reprendre la main sur ses ensilages de maïs
Alors que réussir son ensilage du maïs est crucial pour de nombreux éleveurs laitiers, des plannings établis trop longtemps à l’…
Stéphane Luet, éleveur dans le Maine-et-Loire. " Depuis début juillet, les laitières sont passées à 100 % en ration hivernale. Les génisses et les vaches taries ont commencé à être complémentées depuis mi- juin, soit trois semaines plus tôt que d'habitude."
« Je m’attends à un hiver compliqué pour produire du lait »
Installé à Noyant la Gravoyère dans le Maine-et-Loire sur un élevage de 75 Prim'Holstein à 8500 litres, Stéphane Luet n'avait…
Les betteraves fourragères sont majoritairement mélangées à de la paille, du foin ou de l’ensilage de maïs.
Les éleveurs laitiers sont de plus en plus séduits par la betterave fourragère
La betterave fourragère assure une sécurité alimentaire à l’élevage, tant en volume qu’en valeur nutritionnelle. Quelle que soit…
Dans les conditions climatiques actuelles, de nombreux chantiers de récoltes de maïs commenceront avant le 15 août.
Les récoltes de maïs fourrage ont déjà commencé
Les premiers chantiers d’ensilage de maïs fourrage ont déjà débuté.
En aménageant une ancienne grange en escape game, Romain Soucaze entend attirer un nouveau public sur sa ferme où il vend du lait cru et du beurre.
Un escape game à la ferme
Enfermés dans une ancienne grange, les visiteurs de la ferme « Chez Sancet » découvriront au fil des énigmes la tradition…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière