Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Technique d´élevage
« Le tarissement court limite les risques métaboliques » estime M. Le Guénic de l´EDE du Morbihan

Avec une durée de tarissement de 5 ou 6 semaines, les vaches sont moins grasses, le pic de lactation est écrêté et les animaux s´en portent mieux.


Longtemps prôné pour favoriser le maximum de production laitière par vache, le tarissement « long », d´une durée de 8 semaines, a montré certaines limites. Les problèmes métaboliques, d´amaigrissement important, de fertilité. observés chez les vaches en début de lactation ont changé la donne. Les expériences menées sur le terrain il y a une dizaine d´années et les témoignages d´éleveurs montrent qu´il est possible de limiter les risques de maladies métaboliques avec le tarissement court (5 à 6 semaines). Cette pratique n´est cependant pas adaptée à tous les animaux. Le point avec Marylise Le Guénic, vétérinaire spécialiste entre autres de ce sujet au Pôle recherche appliquée herbivores des Chambres d´agriculture de Bretagne.
Qu´est-ce que le tarissement court ?
Marylise Le Guénic - « Avant la période des quotas, il y avait un lien important entre le niveau de production laitière des vaches et le revenu des éleveurs. Pour maximiser la production laitière, on préconisait alors de tarir les vaches pendant 8 semaines (tarissement long). Ce délai était jugé nécessaire pour régénérer le tissu mammaire et optimiser le niveau de production à la lactation suivante. Au sens strict du terme, le tarissement court correspond donc à une période inférieure à 8 semaines. En pratique, il s´agit plutôt d´une durée de tarissement comprise entre 5 et 6 semaines. »
Quels sont ses avantages ?
M. L.G. - « La courbe de lactation est plus plate. Le pic est écrêté. Le déficit énergétique en début de lactation est moins important et les vaches perdent moins de poids. On a donc une meilleure prévention des maladies métaboliques en début de lactation.
Initialement on pensait essentiellement à la prévention de l´acétonémie, un trouble provoqué par une mobilisation importante des réserves corporelles.
Mais les éleveurs qui pratiquent le tarissement court nous ont signalé moins de fièvre de lait. Ce phénomène est certainement lié à un état d´engraissement moins important au moment du vêlage. En limitant le déficit énergétique en début de lactation, on espérait également améliorer la fertilité des vaches. Mais les éleveurs que nous avons interrogés n´ont pas constaté de réelle amélioration dans ce domaine. »

Quels risques prend-on en réduisant la durée de tarissement ?
M. L.G. - « Le principal inconvénient concerne le respect du délai d´attente en cas de traitement antibiotique. Surtout en cas de vêlage prématuré. Il faut impérativement noter la date de tarissement, le délai d´attente du produit utilisé et vérifier les délais lors du vêlage. Pour chaque produit, l´éleveur dispose d´un délai d´attente en cas de vêlage prématuré et pour certains d´informations sur la notion de vêlage prématuré. Avant il y avait un délai d´attente unique de 28 traites (14 jours) quel que soit le produit et le décalage entre la date de vêlage réelle et théorique. Ce n´est plus le cas. Le conseil du vétérinaire est important pour choisir un traitement approprié. »
Peut-il concerner tous les animaux ?
M. L.G. - « Pour les vaches en première lactation, le tarissement court n´est pas forcément souhaitable. Ces animaux ont besoin d´une durée de tarissement proche de deux mois pour régénérer leur tissu mammaire et ne pas risquer de pénaliser leur deuxième lactation. Cette méthode n´est également pas conseillée pour les animaux ayant un comptage cellulaire élevé. En trayant plus longtemps, on risque d´augmenter le nombre de cellules en fin de lactation et d´atteindre le seuil de pénalité. Par contre, et contrairement à une idée reçue, un tarissement de 5 à 6 semaines ne compromet pas la guérison des vaches avec un comptage cellulaire élevé. Il n´est pas conseillé pour les vaches trop maigres en fin de lactation ou lorsque l´on recherche une courbe de lactation avec un pic marqué. »
Quelles sont les conséquences sur la production laitière ?
M. L.G. - « On estime que cette pratique engendre une baisse de production de l´ordre de 350 kg. Par contre, nous avons observé une augmentation des taux d´environ 1,3 g/l de lait. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Réagir dès les premières mouches pour éviter la prolifération
Une lutte réussie contre les mouches doit être anticipée, commencer tôt et s’inscrire dans la durée. Il est illusoire de croire…
Vignette
«Le boviduc ouvre la voie aux pâtures sous la route»
Au lieu de traverser la route, matin et soir, neuf mois par an, les vaches de Philippe et Olivier Postec empruntent désormais un…
Vignette
Production laitière : doper le taux butyreux par l’alimentation
Augmenter rapidement le TB, c’est possible par l’alimentation. Certaines rations sont plus favorables mais il faut surtout…
Vignette
Bien penser l'abreuvement des vaches
Une vache laitière consomme de l’eau en grande quantité et rapidement. La disponibilité en eau peut se révéler un facteur…
Vignette
Utilisez-vous des tests de gestation dans le lait ?
Dosage de protéines spécifiques de la gestation dans le lait ou le sang, progestérone, échographies... Plusieurs méthodes sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière