Aller au contenu principal

« Le suicide en agriculture touche particulièrement les éleveurs laitiers »

Chaque année, on dénombre 150 suicides d’agriculteurs. Nicolas Deffontaines, sociologue à l’université du Havre, a réalisé un état des lieux dans le cadre de sa thèse.

Tous les deux jours, un agriculteur se donne la mort. Est-ce en raison du contexte économique actuel ?
Nicolas Deffontaines - « Le suicide en agriculture est d’abord un phénomène structurel. On ne peut pas le réduire à la conjoncture économique. Depuis 1968, les agriculteurs se suicident plus que les autres catégories socioprofessionnelles. Leur taux de suicide est supérieur de 30 % à la moyenne de la population française (1). Ce qui est nouveau, en revanche, c’est la médiatisation de ce phénomène depuis la crise laitière de 2008. Mais depuis trente ans, le taux de suicide baisse en France, pour les agriculteurs, comme pour l’ensemble de la population. »
Parmi eux, une majorité sont des éleveurs laitiers ?
N. D. - « Il existe des inégalités entre productions. Le risque de suicide se révèle plus marqué chez les éleveurs, et plus particulièrement les éleveurs de bovins lait. Pour une même production, les petits exploitants sont également plus touchés. Le risque est 1,5 fois plus élevé chez les exploitants installés sur moins de 50 hectares par rapport à ceux installés sur plus de 200 ha. On relève aussi des écarts forts selon les régions. L’Ouest de la France, et plus particulièrement la Bretagne, est davantage touchée. À orientation productive, surface, sexe, et âge identiques, un agriculteur breton a deux fois plus de risque de se suicider qu’un Lorrain par exemple. Le suicide a également un genre, puisque l’on compte trois suicides d’homme pour un suicide de femme. Toutefois, les femmes font davantage de tentatives de suicides et consomment plus de psychotropes. »
Comment cela s’explique-t-il ?
N. D. - « Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la localisation des agriculteurs en zone rurale, parfois très reculée, n’est pas identifiée comme une cause structurelle des suicides. Qu’ils vivent en milieu rural ou périurbain, les exploitants agricoles se suicident plus que les autres catégories socioprofessionnelles. D’autres facteurs les poussent vers un tel acte. L’imbrication entre le travail et la famille peut créer une équation insoluble pour les agriculteurs, notamment ceux de moins de 40 ans. Tiraillés par les tensions familiales, ces derniers se sentent parfois pris en étau entre les injonctions contradictoires de leur conjointe et de leurs parents. Chez les exploitants plus âgés, il y a un enjeu fort autour de la transmission. Le poids de l’héritage refusé peut provoquer un sentiment d’échec et de vie perdue. L’engagement dans le travail, associé au risque de perte d’indépendance, est une autre cause identifiée. Pour certains, être son propre patron et travailler dur sans compter ses heures, justifie tous les efforts consentis. La crise économique et les difficultés financières fragilisent leur foi dans le travail et engendrent une perte de sens, spécialement dans les structures importantes. »
L’isolement social ne joue pas ?
N. D. - "Le célibat est bien un facteur de risque. Mais on ne peut pas réduire la question du suicide à celle des célibataires endurcis perdus au fin fond du bocage… C’est en fait la rupture progressive des liens sociaux, la disqualification sociale aux yeux des autres, renforcée par l’interconnaissance (tout le monde se connaît dans les campagnes) qui peut conduire au suicide, même chez des agriculteurs initialement très investis socialement."
(1) Étude de Santé publique France sur les agriculteurs de 45 à 64 ans.

À savoir

Repérer, alerter, agir. Les acteurs du monde agricole ont créé le réseau multipartenarial Agri-Sentinelles. Il vise à sensibiliser, former, outiller les personnes qui travaillent au contact des agriculteurs pour s’impliquer dans la prévention du suicide.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière