Aller au contenu principal
Font Size

Essai à la ferme expérimentale de Derval
Le strip-till ne pénalise pas les rendements maïs

Originaire d’Amérique du nord, le strip-till est une technique de travail simplifié qui consiste à ne travailler que la bande de semis. Le strip-till présente divers avantages sur le plan agronomique en favorisant entre autre un meilleur réchauffement du sol au niveau de la bande travaillée (10 à 20 cm) tout en limitant l’érosion et les levées d’adventices grâce au résidus laissés en surface sur l’inter-rang.

Comparaison labour, strip-till seul et strip-till avec enfouissement du lisier


Testé en 2012 à la ferme expérimentale de Derval en Loire-Atlantique, la technique a permis un travail plus rapide à l’implantation du maïs ainsi qu’une consommations de fuel réduite de 50 à 70 %. Dans l’essai, le travail a été réalisé par un striger travaillant à une profondeur de 10 à 30 cm sur des limons sablo-argileux. Le précédent était un maïs ensilage et le couvert de moutarde blanche détruite par broyage.

Trois modalités ont été comparées : un labour traditionnel, un strip-till seul et un strip-till après enfouissement du lisier par un travail superficiel du sol au déchaumeur.

Le semis de maïs est intervenu le 25 mai, avec apport d’engrais starter (100 g/ha) et épandage de lisier (42 m3/ha) pour les trois modalités.

Le strip-till seul et le labour ont conduit à des rendements maïs équivalents (14 tMS/ha). « S’il ne pénalise pas le rendement dans le contexte climatique de 2012, le nonenfouissement du lisier génère des pertes par volatilisation non négligeables, signale Bruno Couilleau en charge de l’essai à la station. L’enfouissement peut engendrer des difficultés de passage du strip-tiller et réduit l’intérêt de la technique face à la réduction d’adventices. »

Le rendement pour « le strip-till avec enfouissement » s’est révélé légèrement inférieur (-0,8 tMS/ha).

La technique du strip-till reste délicate. L’organisation du chantier doit être rigoureuse et il est conseillé de réaliser un profil cultural afin d’opter pour la bonne solution (date d’intervention, choix de l’outil). La réussite de la technique s’inscrit dans une réflexion globale qui nécessite une bonne connaissance du sol et l’implantation de couverts végétaux optimisée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière