Aller au contenu principal

Essai à la ferme expérimentale de Derval
Le strip-till ne pénalise pas les rendements maïs

Originaire d’Amérique du nord, le strip-till est une technique de travail simplifié qui consiste à ne travailler que la bande de semis. Le strip-till présente divers avantages sur le plan agronomique en favorisant entre autre un meilleur réchauffement du sol au niveau de la bande travaillée (10 à 20 cm) tout en limitant l’érosion et les levées d’adventices grâce au résidus laissés en surface sur l’inter-rang.

Comparaison labour, strip-till seul et strip-till avec enfouissement du lisier


Testé en 2012 à la ferme expérimentale de Derval en Loire-Atlantique, la technique a permis un travail plus rapide à l’implantation du maïs ainsi qu’une consommations de fuel réduite de 50 à 70 %. Dans l’essai, le travail a été réalisé par un striger travaillant à une profondeur de 10 à 30 cm sur des limons sablo-argileux. Le précédent était un maïs ensilage et le couvert de moutarde blanche détruite par broyage.

Trois modalités ont été comparées : un labour traditionnel, un strip-till seul et un strip-till après enfouissement du lisier par un travail superficiel du sol au déchaumeur.

Le semis de maïs est intervenu le 25 mai, avec apport d’engrais starter (100 g/ha) et épandage de lisier (42 m3/ha) pour les trois modalités.

Le strip-till seul et le labour ont conduit à des rendements maïs équivalents (14 tMS/ha). « S’il ne pénalise pas le rendement dans le contexte climatique de 2012, le nonenfouissement du lisier génère des pertes par volatilisation non négligeables, signale Bruno Couilleau en charge de l’essai à la station. L’enfouissement peut engendrer des difficultés de passage du strip-tiller et réduit l’intérêt de la technique face à la réduction d’adventices. »

Le rendement pour « le strip-till avec enfouissement » s’est révélé légèrement inférieur (-0,8 tMS/ha).

La technique du strip-till reste délicate. L’organisation du chantier doit être rigoureuse et il est conseillé de réaliser un profil cultural afin d’opter pour la bonne solution (date d’intervention, choix de l’outil). La réussite de la technique s’inscrit dans une réflexion globale qui nécessite une bonne connaissance du sol et l’implantation de couverts végétaux optimisée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Simon, Hadrien et Hugues Bellenguez. « L’adhésion au groupe lait de Simon lors de son installation, nous a permis de prendre rapidement conscience que nos charges étaient trop élevées. »
« Nous produisons deux fois plus de lait à moindre coût »
Au Gaec du Calvaire, dans le Pas-de-Calais. Grâce au groupe lait et au soutien de son père, Simon Bellenguez a réussi à produire…
L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
441 000 vaches laitières pourraient disparaître d’ici 2030
441 000 vaches laitières pourraient disparaître d’ici 2030
Un flux de départ important, des installations en nombre insuffisant pour remplacer tous les départs, moins de croissance et de…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière