Aller au contenu principal

Essai à la ferme expérimentale de Derval
Le strip-till ne pénalise pas les rendements maïs

Originaire d’Amérique du nord, le strip-till est une technique de travail simplifié qui consiste à ne travailler que la bande de semis. Le strip-till présente divers avantages sur le plan agronomique en favorisant entre autre un meilleur réchauffement du sol au niveau de la bande travaillée (10 à 20 cm) tout en limitant l’érosion et les levées d’adventices grâce au résidus laissés en surface sur l’inter-rang.

Comparaison labour, strip-till seul et strip-till avec enfouissement du lisier


Testé en 2012 à la ferme expérimentale de Derval en Loire-Atlantique, la technique a permis un travail plus rapide à l’implantation du maïs ainsi qu’une consommations de fuel réduite de 50 à 70 %. Dans l’essai, le travail a été réalisé par un striger travaillant à une profondeur de 10 à 30 cm sur des limons sablo-argileux. Le précédent était un maïs ensilage et le couvert de moutarde blanche détruite par broyage.

Trois modalités ont été comparées : un labour traditionnel, un strip-till seul et un strip-till après enfouissement du lisier par un travail superficiel du sol au déchaumeur.

Le semis de maïs est intervenu le 25 mai, avec apport d’engrais starter (100 g/ha) et épandage de lisier (42 m3/ha) pour les trois modalités.

Le strip-till seul et le labour ont conduit à des rendements maïs équivalents (14 tMS/ha). « S’il ne pénalise pas le rendement dans le contexte climatique de 2012, le nonenfouissement du lisier génère des pertes par volatilisation non négligeables, signale Bruno Couilleau en charge de l’essai à la station. L’enfouissement peut engendrer des difficultés de passage du strip-tiller et réduit l’intérêt de la technique face à la réduction d’adventices. »

Le rendement pour « le strip-till avec enfouissement » s’est révélé légèrement inférieur (-0,8 tMS/ha).

La technique du strip-till reste délicate. L’organisation du chantier doit être rigoureuse et il est conseillé de réaliser un profil cultural afin d’opter pour la bonne solution (date d’intervention, choix de l’outil). La réussite de la technique s’inscrit dans une réflexion globale qui nécessite une bonne connaissance du sol et l’implantation de couverts végétaux optimisée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière