Aller au contenu principal
Font Size

Le statut coopératif est en phase avec la société

Assemblée générale de la FNCL. Le facteur de compétitivité majeur de demain sera la capacité à être à la fois petit et gros.

Votre statut de coopérative est un actif de très grande valeur", a affirmé Philippe Moati, professeur d’économie à l’université Paris Diderot et cofondateur de l’Obsoco (1) lors de l’assemblée générale de la FNCL, le 13 avril dernier. La valeur de cet actif ? C’est « d’allier petite et grande taille », « d’être une union de petits au service d’une autre économie. » Il s’agit aujourd’hui de « valoriser et réveiller cet actif », après avoir pendant des décennies chercher au contraire à être perçu comme un acteur comme les autres.

Car le statut coopératif est pleinement en phase avec les attentes sociétales. Les études de l’Obsoco montrent « une montée très ferme de la qualité dans tous les sens du terme (plaisir, innocuité santé, bénéfices santé, impact sociétal et environnemental) » et « un attrait des consommateurs pour les 'petits'. Ils associent les 'petits' à une production de qualité. Et ils les perçoivent comme méritants d’être soutenus dans une démarche de consommation citoyenne, surtout s’ils les voient comme une victime du système », argumente-t-il.

Le statut coopératif est aussi en phase avec l’évolution de l’économie : le capitalisme financier est en perte de vitesse, "les entreprises doivent désormais se comporter de façon conforme à l’intérêt général". Fini le diktat des grandes entreprises financiarisées : « demain, le facteur de compétitivité majeur sera la capacité à être à la fois petit et gros », défend-il. « Gros » pour partir à la conquête des marchés internationaux dans un contexte mondialisé, faire des économies d’échelle, mobiliser un budget de R & D important, soutenir les marques et influencer la définition des règles de marché. Et « petit » pour être plus souple, proche des consommateurs et créatif, et pour avoir un relationnel de qualité avec les clients.

Faire en sorte que tout le monde participe

Mais il présente « de sacrées limites ». Le risque est « d’autonomiser le sommet par rapport à la base : il y a un vrai risque de prise de pouvoir par les technostructures d’autant plus qu’il existe une dissymétrie d’informations de plus en plus importante ». Sans parler de la lenteur de réaction pour prendre des décisions structurelles liées au grand nombre d’adhérents, et le risque de perte d’efficience « sans l’aiguillon de l’actionnaire qui pousse à être rentable ».

Philippe Moati préconise « d’impliquer la base pour démultiplier la capacité d’innovation par le partage d’expériences, de cultiver l’intelligence collective ». Il faut faire vivre la démocratie interne au-delà des assemblées générales et conseils d’administration en mettant en place des structures d’échanges et de gouvernance intermédiaires, « sans pour autant paralyser ». Et aussi communiquer sur le système de solidarité à la base du statut coopératif, investir dans des moyens centraux (logistique, intelligence des marchés, soutien des marques). Le tout en conformité avec les éthiques des consommateurs. « Les exemples présentés lors de cette assemblée générale (2) sont très encourageants », a-t-il conclu.

(1) Observatoire société et consommation.(2) La campagne de communication de Candia, « La nouvelle agriculture » de Terrena, la marque « Campagnes de France » des Maîtres laitiers du Cotentin et la démarche « Grandeur nature » d’Agrial.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière