Aller au contenu principal

Restructuration laitière
Le seuil des 100 000 fermes laitières atteint

La restructuration s´est accéléré en 2005 : - 6 % d´exploitations laitières, et + 13 100 litres de référence moyenne par ferme.


Au premier avril 2005, la France comptait 100 667 exploitations laitières, avec un volume moyen de 230 000 litres. La restructuration s´est intensifiée en 2005. Cette année-là, la France a perdu 6 387 fermes (-6,1 %), alors que depuis le début du siècle, le rythme était de l´ordre de 4 000 à 5 000 exploitations en moins par an. « Ce phénomène, sans doute ponctuel, s´explique en grande partie par l´accroissement des cessations laitières », indique l´étude de l´Office de l´élevage. 3 600 dossiers de demande d´aide à la cessation laitière ont été pris en compte, soit le double de la campagne précédente.Le rythme de restructuration a été légèrement plus soutenu dans les zones de montagne (-6,5 %) et les zones défavorisées hors montagne (-6,6 %), qu´en plaine (-5,9 %). « En montagne, le taux de cessations laitières était supérieur à la moyenne nationale (3,3 %) : 5,9 % en Midi-Pyrénées, 5,1 % en Rhône-Alpes. », indique l´Office.Les régions où la restructuration est la plus forte, sont le Sud-Ouest, la Charente-Maritime, la Vendée, ainsi que les plaines céréalières en Ile-de-France, Centre et Bourgogne. L´Alsace vit également un rythme de restructuration soutenu.
En 2005, la restructuration a été légèrement plus forte en zone de montagne et zone défavorisée, qu´en plaine. ©D. R.

+ 14 100 litres de référence pour les Gaec
L´augmentation annuelle de la référence moyenne est passé de +6600 litres en 2000 à +13 100 litres en 2005.
L´observation de l´évolution du nombre d´exploitations par classe de référence montre que sur les quatre dernières années, le nombre de fermes avec moins de 240 000 l diminue ; les fermes entre 240 000 et 300 000 l sont en nombre constant ; et les fermes de plus de 300 000 l sont de plus en plus nombreuses. « Ces chiffres donnent une indication du seuil considéré globalement comme viable par les éleveurs, pour la mise en place ou la reprise de structures », analyse l´Office.

Le développement des sociétés laitières (en nombre et en référence) se poursuit. Le nombre d´exploitations individuelles (arrêt, regroupement) a chuté de 50 % en dix ans. Le nombre de Gaec et autres sociétés a légèrement augmenté depuis 1995 (+9 %), tandis que les EARL progressent fortement (nombre multiplié par 2,3). En revanche, les Gaec et autres formes sociétaires sont les champions pour l´augmentation de leur référence laitière : +14 100 litres et + 17 100 l respectivement. Les EARL affichent +6 200 litres, et les exploitations individuelles + 6800 l. Le quota national est détenu à 38 % par des Gaec, 38 % par des exploitations individuelles, 22 % par des EARL, et 2 % par d´autres formes sociétaires.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière