Aller au contenu principal

Le Sénat mobilisé pour l'élevage

Les acteurs de l'élevage ont été entendus le 16 juillet à l'occasion d'une session extraordinaire du Sénat suite à la demande de Xavier Beulin.

Les sénateurs ont demandé au ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll de faire plus pour les éleveurs.
Les sénateurs ont demandé au ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll de faire plus pour les éleveurs.
© C. Pruilh

"Face à la détresse exprimée par les éleveurs, le Président du Sénat, Gérard Larcher, a décidé, en lien avec ses collègues Jean Claude Lenoir et Jean Bizet, présidents des commissions des Affaires économiques et des Affaires européennes du Sénat, d’organiser au Sénat le 16 juillet une conférence agricole consacrée aux filières porcine, bovine et laitière, en présence des représentants de la profession agricole, de distributeurs et de transformateurs" explique le Sénat dans un communiqué. Les acteurs des filières étaient présents (producteurs, transformateurs, distributeurs, APCA...), à l'exception de l'industrie laitière.

Les sénateurs ont souhaité que le ministre de l’Agriculture "applique mieux, plus vite, et plus fort les mesures déjà en place (reports d’annuités, respect des engagements de hausse des prix, simplification et allègement des normes, dialogue dans les filières...), et qu'il plaide plus vivement à Bruxelles la mise en place de certaines mesures de régulation de marché".

Demande de mise en oeuvre d'un plan de désendettement

Stéphane Le Foll a par ailleurs annoncé avoir signé le 16 juillet un décret sur "un apport de trésorerie remboursable versé en octobre".

La FNSEA, soutenue par l'APCA et Coop de France, a demandé un plan de désendettement des éleveurs. "Il est de la responsabilité des pouvoirs publics d'agir. Les agriculteurs doivent être personnellement informés des demandes d’avance de trésorerie à remplir en août, avances qui seront versées à partir du 1er octobre, demande Guy Vasseur, président de l'APCA. La question de l'installation et de la transmission des exploitations est aussi centrale, compte tenu de l’importance de l’investissement nécessaire. Il est urgent de prévoir un plan de désendettement : reports d’emprunt, annuités différées…"

Les mesures d'intervention prolongées au-delà du 30 septembre

Lors de la séance de questions au gouvernement du 16 juillet, Stéphane Le Foll a rappelé qu'il avait obtenu lors de son intervention au Conseil des ministres de l'Agriculture à Bruxelles du 13 juillet que les mesures d’intervention publique et de stockage privé des produits laitiers industriels soient prolongées au-delà du 30 septembre 2015, date prévue initialement pour la fin de ce dispositif.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière