Aller au contenu principal

Le semis bi-variétés de maïs stabilise la qualité de la ration

Associer deux variétés de maïs au semis peut apporter un plus sur le plan nutritionnel et agronomique. Mais de telles associations ne s’improvisent pas.

© S. Roupnel

Semées côte à côte dans une même parcelle, deux variétés de maïs font parfois mieux qu’une seule. « C’est avant tout l’objectif de complémentarité nutritionnelle qui guide le choix des binômes variétaux que nous proposons », indique Eric Sauvage, du service agronomie de la coopérative Terrena. Celle-ci mène depuis 2007 des travaux sur les semis de maïs bi-variétés. « Nous cherchons le meilleur compromis possible entre la digestibilité des fibres et la vitesse de dégradation de l’amidon, avant de valider le comportement des associations d’un point de vue agronomique. »

Ce concept a été motivé par une demande des éleveurs qui cherchaient davantage d’homogénéité et de régularité dans la qualité du maïs fourrage tout au long de l’avancement du silo. Trouver des duos de variétés complémentaires en termes de caractéristiques alimentaires, en particulier au niveau de la qualité de l’amidon, facilite les transitions alimentaires. « C’est un moyen de sécuriser les rations vis-à-vis des risques métaboliques surtout dans les rations dont des taux d’amidon sont importants, supérieurs à 30 %. » Les variétés cornées-dentées présentent effectivement des amidons plus lents, tandis que les variétés dentées présentent des amidons farineux, plus rapidement fermentescibles. « En cultivant deux variétés associées, nous observons également des ensilages avec des valeurs énergétiques plus stables à l’intérieur d’un même silo, d’un silo à l’autre et d’une année à l’autre », poursuit le technicien.

Associer deux types d’amidon différents pour sécuriser les rations

La technique assure aussi une régularité de rendement en cas d’aléas climatiques ou de forte variabilité intra-parcellaire. « On vise une complémentarité agronomique en associant une variété rustique, résistant au stress hydrique par exemple, à une autre plus productive. » Les deux variétés sont semées en alternance rang par rang. Les essais pluriannuels menés par la coopérative montrent une légère amélioration du rendement, de 2 à 3 % en général. Le semis bi-variétés se révèle surtout intéressant en conditions difficiles. « Dans ce cas, le gain peut atteindre jusqu’à 6 % de rendement supplémentaire, précise Eric Sauvage. Par contre, sur les bonnes parcelles ou dans les situations favorables, comme ce fut le cas en 2014, il n’y a pas de gain à espérer par rapport à une variété seule à haut potentiel. »

Ne pas se lancer dans cette technique sans essais préalables

Les indices de précocité des deux variétés associées doivent rester assez proches pour maintenir des stades de maturité cohérents à la récolte. « Il est préférable de se limiter à 20-30 points d’écart maximum. »

Parmi tous les couples testés, tous ne s’avèrent pas probants. Il peut y avoir de mauvaises surprises liées à une concurrence exacerbée entre les deux variétés. Les variétés cornées-dentées présentent une dynamique de pousse différente de celle des variétés dentées, ce qui peut générer une compétition au niveau de l’azote. « Il faut deux à trois années de recul pour réellement juger la pertinence du binôme et la compatibilité agronomique. » Dans tous les cas, mieux vaut ne pas se lancer dans cette technique sans véritables essais menés au préalable.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière