Aller au contenu principal

Alimentation
Le sélénium organique est autorisé comme additif nutritionnel

Une source de sélénium organique est autorisée en Europe, en tant qu´additif nutritionnel. A la clé, une meilleure biodisponibilité de cet oligo-élément.


Le Sel-Plexr, une source de sélénium organique, est autorisé en Europe depuis fin novembre en tant qu´additif nutritionnel. Jusqu´alors, seule la forme minérale (sélénite de sodium) était disponible sur le marché français.
« Or, cette dernière présente un niveau d´assimilation sanguine assez réduit, et son principal défaut tient à un stockage relativement limité par les animaux, estime Christophe Tanguy de la société Alltech. Si l´utilisation de sélénite de sodium permet de subvenir au besoin d´entretien des animaux, elle ne suffit pas pour assurer un statut en sélénium suffisant lors des périodes de stress comme le début de lactation, le vêlage, ou les maladies. »
« Le sélénium organique présente, quant à lui, une plus grande biodisponibilité pour les bovins, assure Francis Enjalbert, de l´école nationale vétérinaire de Toulouse. Cet oligo-élément est alors mieux assimilé, mieux stocké et il peut être utilisé par l´animal en cas de besoin. » L´amélioration du statut en sélénium des bovins laitiers devrait permettre aux éleveurs de réduire les mammites, les taux cellulaires et d´améliorer les performances de reproduction et la santé générale du troupeau.

Fabriqué à partir de levures
Le Sel-Plexr est fabriqué à partir de levures Saccharomyces cerevisiae qui se développent sur de la mélasse enrichie en sélénite. Les levures sont capables de transformer le sélénium minéral en sélénium organique, tel que le font les plantes. « Comme il s´agit d´un additif, il figurera clairement sur les étiquettes d´aliments, spécifie Alltech. Nous préconisons une dose de 0,3 mg par kg de matière sèche ingérée. »
« Étant donnée la marge de manoeuvre assez réduite entre le niveau des recommandations et le plafond maximal d´incorporation (0,5 mg/kg MS), l´amélioration de la biodisponibilité du sélénium présente un avantage intéressant », conclut Francis Enjalbert.
Un autre additif de ce type, commercialisé par Lallemand (Alkosel) devrait apparaître sur le marché dans les prochains mois.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière