Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Alimentation
Le sélénium organique est autorisé comme additif nutritionnel

Une source de sélénium organique est autorisée en Europe, en tant qu´additif nutritionnel. A la clé, une meilleure biodisponibilité de cet oligo-élément.


Le Sel-Plexr, une source de sélénium organique, est autorisé en Europe depuis fin novembre en tant qu´additif nutritionnel. Jusqu´alors, seule la forme minérale (sélénite de sodium) était disponible sur le marché français.
« Or, cette dernière présente un niveau d´assimilation sanguine assez réduit, et son principal défaut tient à un stockage relativement limité par les animaux, estime Christophe Tanguy de la société Alltech. Si l´utilisation de sélénite de sodium permet de subvenir au besoin d´entretien des animaux, elle ne suffit pas pour assurer un statut en sélénium suffisant lors des périodes de stress comme le début de lactation, le vêlage, ou les maladies. »
« Le sélénium organique présente, quant à lui, une plus grande biodisponibilité pour les bovins, assure Francis Enjalbert, de l´école nationale vétérinaire de Toulouse. Cet oligo-élément est alors mieux assimilé, mieux stocké et il peut être utilisé par l´animal en cas de besoin. » L´amélioration du statut en sélénium des bovins laitiers devrait permettre aux éleveurs de réduire les mammites, les taux cellulaires et d´améliorer les performances de reproduction et la santé générale du troupeau.

Fabriqué à partir de levures
Le Sel-Plexr est fabriqué à partir de levures Saccharomyces cerevisiae qui se développent sur de la mélasse enrichie en sélénite. Les levures sont capables de transformer le sélénium minéral en sélénium organique, tel que le font les plantes. « Comme il s´agit d´un additif, il figurera clairement sur les étiquettes d´aliments, spécifie Alltech. Nous préconisons une dose de 0,3 mg par kg de matière sèche ingérée. »
« Étant donnée la marge de manoeuvre assez réduite entre le niveau des recommandations et le plafond maximal d´incorporation (0,5 mg/kg MS), l´amélioration de la biodisponibilité du sélénium présente un avantage intéressant », conclut Francis Enjalbert.
Un autre additif de ce type, commercialisé par Lallemand (Alkosel) devrait apparaître sur le marché dans les prochains mois.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
« Nos cédants voulaient transmettre à des jeunes »
Dans la Manche, François et Pierre Bienvenu ont repris deux exploitations en janvier 2019. Les deux frères ont réalisé leur rêve…
Globalement, la collecte des grands exportateurs reste peu dynamique.    © J. Chabanne
La cotation de la poudre de lait poursuit sa montée

Après un mois d'octobre relativement stable autour de 2 350 €/t, la cotation française de la poudre de lait écrémé…

 © Bel
Le groupe Bel va plus loin que le non OGM

 

La stratégie du groupe Bel est de…

 © Bel
En 2020, Bel garantit 371 euros pour 1000 litres

Pour la troisième année consécutive, le groupe Bel et l’APBO - Association des producteurs de lait Bel…

Lait : des robots de traite plus rapides et moins énergivores
Machinisme
Les dernières générations de robots de traite disposent de capteurs plus efficaces et de mouvements animés électriquement, au…
Vignette
Avec un tracker solaire : « Notre facture d’électricité a diminué d’un quart »
Le Gaec Hélaine, dans la Manche, a investi en 2017 dans un tracker solaire. L’objectif ? Réduire la facture énergétique en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière