Aller au contenu principal

Alimentation
Le sélénium organique est autorisé comme additif nutritionnel

Une source de sélénium organique est autorisée en Europe, en tant qu´additif nutritionnel. A la clé, une meilleure biodisponibilité de cet oligo-élément.


Le Sel-Plexr, une source de sélénium organique, est autorisé en Europe depuis fin novembre en tant qu´additif nutritionnel. Jusqu´alors, seule la forme minérale (sélénite de sodium) était disponible sur le marché français.
« Or, cette dernière présente un niveau d´assimilation sanguine assez réduit, et son principal défaut tient à un stockage relativement limité par les animaux, estime Christophe Tanguy de la société Alltech. Si l´utilisation de sélénite de sodium permet de subvenir au besoin d´entretien des animaux, elle ne suffit pas pour assurer un statut en sélénium suffisant lors des périodes de stress comme le début de lactation, le vêlage, ou les maladies. »
« Le sélénium organique présente, quant à lui, une plus grande biodisponibilité pour les bovins, assure Francis Enjalbert, de l´école nationale vétérinaire de Toulouse. Cet oligo-élément est alors mieux assimilé, mieux stocké et il peut être utilisé par l´animal en cas de besoin. » L´amélioration du statut en sélénium des bovins laitiers devrait permettre aux éleveurs de réduire les mammites, les taux cellulaires et d´améliorer les performances de reproduction et la santé générale du troupeau.

Fabriqué à partir de levures
Le Sel-Plexr est fabriqué à partir de levures Saccharomyces cerevisiae qui se développent sur de la mélasse enrichie en sélénite. Les levures sont capables de transformer le sélénium minéral en sélénium organique, tel que le font les plantes. « Comme il s´agit d´un additif, il figurera clairement sur les étiquettes d´aliments, spécifie Alltech. Nous préconisons une dose de 0,3 mg par kg de matière sèche ingérée. »
« Étant donnée la marge de manoeuvre assez réduite entre le niveau des recommandations et le plafond maximal d´incorporation (0,5 mg/kg MS), l´amélioration de la biodisponibilité du sélénium présente un avantage intéressant », conclut Francis Enjalbert.
Un autre additif de ce type, commercialisé par Lallemand (Alkosel) devrait apparaître sur le marché dans les prochains mois.

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Franck Bonraisin, associé du Gaec La Morice
« Nous avons gagné 10 €/1 000 l grâce à une vraie stratégie de renouvellement »

Depuis deux ans, le Gaec La Morice utilise le génotypage et la semence sexée pour limiter le nombre de génisses de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière