Aller au contenu principal

Le secteur laitier plutôt favorable au Ceta

Le traité commercial avec le Canada est entré en vigueur. Le secteur laitier français le juge favorable, mais reste vigilant.  

Le Canada s'est engagé à protéger nos indications géographiques les plus connues là-bas.
© Cnaol

Le 21 septembre dernier, le coup d'envoi était donné pour l'application du Ceta, accord de libre échange entre l'Union européenne et le Canada. Il n'entrera pleinement en vigueur que lorsque tous les États membres de l'Union l'auront ratifié, notamment en ce qui concerne la mise en place du tribunal d'arbitrage des différents commerciaux.

L'Union européenne supprime ses droits de douane pour tous les produits laitiers. "Il n'y a pas de risque de voir nos produits laitiers concurrencés, vu le niveau de leur prix du lait (environ 700 €/1000 l)", commente Gérard Calbrix, économiste à Atla. De son côté, le Canada augmente son contingent d'importations de fromages sans droit de douane en provenance de l'UE. Il augmentera progressivement pour atteindre 17 700 tonnes au bout de six ans, qui s'ajouteront au contingent déjà existant de 17 000 t. "On ne commencera à voir les effets de cette mesure qu'à partir de janvier 2018, une fois que les entreprises canadiennes (transformateur ou distributeur de fromages) auront obtenu leurs licences d'importations émanant des autorités canadiennes. Pour qu'un transformateur laitier européen puisse profiter de ce contingent, il faudra qu'il trouve un partenaire canadien ayant cette licence. Cette ouverture de marché profitera surtout aux gros fabricants déjà implantés au Canada avec une filiale. Ce contingent à droit nul sera plutôt favorable aux fromages français et italiens à haute valeur plutôt qu'au cheddar, vu les contraintes administratives."

Attention à la "classe 7" !

Mais il y a un "grain" dans les rouages de l'accord sur le secteur laitier. Après l'issue des négociations, le Canada a introduit une nouvelle classe de paiement du lait, la classe 7, "deux à trois fois plus bas que le prix moyen canadien (700 €/1000 l), indique Gérard Calbrix. Cette classe 7 vise à empêcher le lait ultrafiltré américain d'entrer au Canada. Mais comme le lait de classe 7 sert à fabriquer de la poudre de lait écrémé, elle est du coup ultra compétitive. Et ce printemps, les Canadiens ont pu en exporter sur le marché mondial à 1300 euros la tonne (cours français à 1800 €/t). Le problème, c'est que l'UE a mis à zéro ses droits de douane à une époque où cette classe 7 n'existait pas." Si le Canada exporte ses poudres bradées sur l'UE, les relations diplomatiques risquent de se tendre entre les deux pays.

Reste enfin la crainte de voir des produits agricoles qui ne respectent pas nos niveaux d'exigences entrer sur le marché européen. L'accord a reconnu des équivalences de normes affirme la Commission européenne. Si un produit canadien n'est pas reconnu équivalent à un produit européen, il ne doit pas être commercialisé dans l'UE. Donc normalement, ils ne peuvent pas nous exporter du bœuf aux hormones par exemple.

28 IG laitières françaises protégées

Pour la France, 28 indications géographiques laitières (AOP et IGP) seront protégées par le Canada : comté, reblochon, munster, camembert de Normandie, tomme de Savoie...

En tout, le Canada s'est engagé à protéger 143 indications géographiques européennes. "Chaque État membre a sélectionné une liste de produits pour lesquels une protection est stratégique. Le Canada s'est engagé à contrôler et sanctionner les imitations dont l'étiquetage entretient la confusion pour le consommateur. Par exemple, il sera interdit de mettre un drapeau grec sur les imitations de feta", précise Gérard Clabrix.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
 © J.-M. Nicol
Pas de chaleurs visibles sur mes vaches : que se passe-t-il ?
Les vaches ne parviennent-elles pas à exprimer leur comportement sexuel ou bien oublient-elles vraiment de venir en chaleur ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière