Aller au contenu principal

Le sans-labour ne veut pas forcément dire plus d’adventices

Technique répandue sur céréales, les TCS le sont beaucoup moins sur les cultures de printemps à cause du risque adventices. Pourtant des solutions existent pour éviter cet écueil.

Déchaumage sur RGI avant semis de maïs. La rotation des cultures casse le cycle de développement des adventices.
Déchaumage sur RGI avant semis de maïs. La rotation des cultures casse le cycle de développement des adventices.
© Lemken

Les avantages des techniques culturales simplifiées sont nombreux (agronomiques, organisation du travail, économiques, environnementaux…). Malgré cela, les TCS sont loin de faire l’unanimité pour les cultures de printemps. Véritable épée de Damoclès, la crainte de voir proliférer les adventices refroidi souvent les ardeurs. Le risque est bien réel puisque 95 % des adventices lèvent dans les cinq premiers centimètres du sol. De fait, le labour s’avère plus efficace que les TCS pour lutter contre les graminées. « Le labour permet de placer les graines en profondeur, dans des conditions qui ne permettent pas leur germination. Or 70 % des graines de brome, vulpin… meurent dans l’année qui suit leur production, donc 70 % des graines qui sont enfouies par le labour n’auront pas eu la possibilité de germer avant leur mort. À l’inverse, en TCS, les graines n’étant pas enfouies, elles peuvent germer aussitôt, avant que le temps ne leur fasse perdre leur viabilité », a expliquée Pascale Métais, d’Arvalis, lors de la journée Mécasol, organisée par le réseau Cuma le 9 septembre dernier à Briouze, dans l’Orne. Mais le labour n’est pas plus performant que les TCS pour lutter contre les dicotylédones. À l’exception du gaillet, il a peu d’effets sur les dicotylédones parce que les graines qui se retrouvent en profondeur après le labour restent longtemps en dormance sans perdre leur capacité à germer. C’est notamment le cas des chénopodes, des renouées persicaires, de la véronique et du mouron. Au labour suivant, « les graines sont remontées à la surface et peuvent germer ».


Rotation des cultures, faux-semis, choix des variétés…


La gestion des adventices est donc plus délicate en non-labour, mais pas impossible. Quatre leviers agronomiques peuvent être utilisés pour les cultures de printemps. « La rotation des cultures est indispensable avec les TCS. C’est un moyen de lutte très puissant parce qu’il casse le cycle de développement des adventices et augmente la gamme de produits de désherbage utilisables », a souligné Pascale Métais. Le travail du sol (faux semis) à l’interculture est une seconde possibilité. Les techniques de semis doivent le moins possible perturber le sol. Enfin, le choix des variétés sur leur agressivité est un autre volet de la prévention.
Mais si les solutions agronomiques se révèlent insuffisantes, il faut envisager le désherbage chimique, tout en sachant qu’il y a de plus en plus de résistance chez les graminées, en particulier chez le ray-grass et le vulpin. Le meilleur moyen d’éviter l’apparition de ces résistances est de varier les modes d’action, en utilisant notamment des herbicides racinaires. « Il faut intervenir plus tôt, c’est-à-dire dès l’apparition de la deuxième feuille du maïs puis au stade 6 feuilles. C’est le secret de la réussite », selon Bénédicte Bazantay, de la chambre d’agriculture de l’Orne. « Plus vous traitez tôt, moins vous devrez utiliser de produit. Et au final, on constate que l’on n’utilise pas forcément plus de produits en TCS qu’avec du labour. » Le désherbage mécanique est également une solution à ne pas négliger. « On pourra utiliser une herse étrille qui travaille toute la surface sur des adventices très jeunes ou une bineuse sur des adventices plus développées, mais celle-ci ne désherbe que l’inter-rang », a précisé Pascale Métais. Lorsque l’on est vraiment dépassé par la situation, « réaliser un labour et attendre au moins trois ans avant de relabourer la même parcelle est une solution efficace à envisager ».

Gare aux limaces !

Laisser les débris végétaux sur le sol, ça convient parfaitement aux limaces. Luc Brizard a choisi d’éliminer le colza fourrager dans la rotation au profit d’un mélange de type moha-trèfle d’Alexandrie, « moins prisé par les limaces ». De son côté, Olivier Husnot estime que
le déchaumage « permet de lutter assez efficacement contre les limaces ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière