Aller au contenu principal

Le règlement zootechnique européen redistribue les cartes

Dans la nouvelle organisation de la génétique française, les organismes de sélection voient leurs responsabilités et leurs pouvoirs de décision élargis. Quelle place sera laissée à la mutualisation  ?

© F. Mechekour

À compter du 1er novembre 2018, le règlement zootechnique européen constituera le nouveau cadre réglementaire pour la génétique animale française. L’organisme de sélection voit ses missions réglementées s’élargir, et se retrouve en position de pierre angulaire du dispositif. La certification de la parenté des ruminants, le contrôle de performances, la tenue du livre généalogique, l’évaluation génétique des reproducteurs et la publication des résultats seront réalisés sous sa responsabilité - les schémas de sélection restant mis en œuvre par les entreprises de sélection en dehors du champ réglementaire. Pour s’acquitter de ces tâches, l’organisme de sélection pourra déléguer à des organismes tiers. Une bonne partie des organismes de sélection historiques — ceux qui sont agréés avant le 1er novembre 2018 — vont déléguer le contrôle de performances au réseau France Conseil Elevage. Pour assurer le calcul des index, l’évaluation génétique ne relevant plus de l’Inra, l’association GenEval a été créée par Races de France et Allice. L’indexation représentera un coût qui ne sera plus pris en charge par l’État via l’Inra, et donc se traduira par une nouvelle ligne de charge dans le dispositif. On passe d’un système administré qui était délégué à la profession, à un système fondé sur la contractualisation.

Un ou plusieurs organismes de sélection par race ?

Un groupe de travail piloté par la CNE réfléchit à un système qui permettra la couverture du territoire pour toutes les races. Il sera probablement inspiré du système universel de l’insémination animale, avec d’autres mécanismes à définir. « Notre volonté, partagée avec la profession et l’administration, est que le dispositif permette à tout éleveur de pouvoir participer à la création de l’offre génétique et de pouvoir y accéder », a énoncé Jean-Luc Chauvel, président de Races de France lors de l’assemblée générale fin juin.

Qu’une race ait plusieurs organismes de sélection, était déjà possible dans la loi française. Mais jusque-là, le pas n’avait pas été franchi. Le nouveau règlement zootechnique européen, en changeant le cadre des réflexions, met cette potentialité davantage en lumière. « Nous avons toujours pensé qu’un livre généalogique par race était la seule manière sérieuse de gérer durablement nos ressources génétiques, ces races dont tout le monde se fait une fierté », a affirmé Jean-Luc Chauvel. « Au cas où il y aurait plusieurs livres pour une même race, soit les organismes de sélection se mettent d’accord pour mutualiser leurs données, et la race peut être gérée de manière homogène comme s’il n’y avait qu’un livre, soit il n’y a pas d’accord entre les OS. Il faudra alors aller jusqu’au bout de la logique et considérer que l’on a des populations disjointes. »  

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Monnaie
Prix du lait : la grande distribution annonce plusieurs accords tarifaires 2021
A 385 ou 386 euros les 1000 litres, toutes primes confondues : c'est le prix du lait que Lidl, Carrefour et Système U annoncent…
Imposante structure de 25 m de haut et de 6,10 m de diamètre, le silo tour date de 1978. © B. Griffoul
"Notre ensilage d'herbe est stocké en silo tour"
Dans le Cantal, le Gaec de la Chevade dispose d'un silo tour de 800 m3 pour stocker l'ensilage d'herbe. Ce système permet aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière