Aller au contenu principal

Le règlement Omnibus de la PAC pérennise le paquet lait

Le Conseil européen, le Parlement et la Commission sont parvenus à un accord sur le volet agricole du règlement Omnibus le 16 octobre.

La date limite fixée au 25 octobre a donc été respectée. L’objectif de ce règlement Omnibus est d’améliorer et simplifier la PAC actuelle. La mise en oeuvre des nouvelles règles  est prévue au 1er janvier 2018. Mais au moment où nous mettons sous presse le 17 octobre, des négociations sur les autres volets du règlement — le volet agricole n’est qu’une petite partie — sont encore en cours et pourraient la retarder.

La possibilité de revoir les DPB et aides couplées chaque année

Les États membres pourront désormais réexaminer chaque année les décisions prises en matière de réduction des DPB et des aides couplées. Un autre point important concerne les outils de gestion des risques: les États auront la possibilité de créer des fonds de stabilisation des revenus sectoriels, et ceci avec un seuil de déclenchement fixé à 20% de pertes. C’était une demande forte, permettant d’éviter les effets de compensation entre productions. De même, ils auront la possibilité d’abaisser le seuil de déclenchement des assurances récolte et prairie à 20% de perte, avec un taux de subvention maximal porté à 70% (au lieu de 65% ).  En revanche, l’aide liée à l’instrument de stabilisation des revenus général (toutes productions confondues), peu utilisé jusqu’à présent, continuera à être déclenchée seulement à partir d’une baisse du revenu annuel de 30%.

En ce qui concerne l’organisation commune des marchés, il sera possible de négocier collectivement les modalités de partage de la valeur dans les contrats, comme c’est déjà le cas dans le secteur sucrier. Ce sera toléré au niveau des règles de la concurrence. La date d’expiration du paquet lait (2020) est supprimée : la production de fromages sous appellation pourra donc continuer à être régulée.

En revanche, la proposition de mettre en place un système volontaire de réduction de la production immédiatement en cas de crise n’a pas été retenue ; le débat est repoussé à la prochaine révision de la PAC après 2020. Ainsi que celui sur l’assouplissement de l’utilisation de la réserve de crise pour intervenir rapidement. À noter aussi l’élargissement des SIE (surfaces d’intérêt écologique) à quelques cultures comme le miscanthus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière