Aller au contenu principal
Font Size

Saturation du marché du lait
Le rééquilibrage du marché du lait bio semble s´amorcer

Près de la moitié du lait bio est utilisé pour la fabrication de produits conventionnels. L´accroissement de l´écart entre l´offre et la demande semble se stabiliser.


La collecte de lait bio de vache, de 225 millions de litres en 2004 (1 % de la production laitière nationale), reste trop importante comparée aux besoins des industriels. A tel point que 47 % des volumes collectés de lait biologique ont été utilisés pour des fabrications non biologiques, selon l´Onilait (1). Une situation qui s´était dégradée par rapport à 2003, où 39 % de lait bio avait été déclassé. La cause ? Le décalage entre l´offre et la demande. En 2004, le consommateur a boudé les produits laitiers biologiques, hormis les laits conditionnés et les fromages de chèvre, dont la production a augmenté. La production a chuté pour les yaourts (-15 % entre 2003 et 2004), les fromages à base de lait de vache (-10 %), le beurre (-6 %), la crème conditionnée (-20 %) et les desserts lactés (-28 %). Le lait liquide conditionné représente le principal débouché pour le lait bio (80 % du lait valorisés en bio). Le prix du bio semble être le principal obstacle à son développement.
46 % du lait bio est déclassé
Mais d´après l´Onilait, les résultats du premier semestre 2005 indiquent une inversion de tendance. La collecte de lait bio se stabilise : une baisse de 0,5 % a été constatée par rapport au premier semestre 2004. En outre, la consommation du lait conditionné poursuit sa hausse (+2 %), et celle des yaourts semble amorcer un redressement (+0,7 %). La part du lait bio déclassé - c´est-à-dire le lait bio utilisé pour la fabrication de produits conventionnels - est estimée à 46 % de la collecte sur le premier semestre 2005, en légère baisse par rapport à la même période en 2004 (48 %). « Un rééquilibrage du marché semblerait ainsi s´amorcer », estime l´Onilait. Reste un voyant rouge : la chute de 41 % de la consommation de fromages bio sur le premier semestre 2005.
Autre signe d´un revirement de tendance, le nombre d´éleveurs bio de vaches laitières, de 1250, a baissé pour la première fois en 2004, après sept ans de hausse. Une baisse qui s´explique par des regroupements ou par des cessations d´activité. L´Alsace fait figure d´exception dans ce tableau, avec 3,1 % du lait collecté en bio, une hausse du nombre de producteurs et des quantités livrées aux laiteries.

(1) Office national interprofessionnel du lait et des produits laitiers.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière