Aller au contenu principal
Font Size

Le projet lait de montagne se structure à grand pas

La marque « Lait de montagne » sera lancée à l’automne. Six cents producteurs se sont déjà associés au projet. Une société commerciale va être créée prochainement.

Le projet de création d’une marque « Lait de montagne » prend tournure. De nombreuses réunions ont eu lieu cet hiver dans les départements du Massif central pour expliquer la démarche aux éleveurs.

Début avril, quelque 600 producteurs (350 exploitations), principalement de l’Aveyron, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme, avaient déjà adhéré à l’Association des producteurs de lait de montagne (APLM). « Environ 15 % des éleveurs du Massif central sont entrés dans la démarche et nous nous orientons vers les 20%», résume Dominique Barrau, président de l’APLM. Ils représentent ensemble 100 millions de litres de lait.

Les producteurs ont abondé un budget de 150 000 euros

Si les objectifs sont plus ambitieux — 1000 adhérents à l’automne prochain et 3 000 en 2015 pour 500 millions de litres —, le volume de lait fédéré permet d’envisager le lancement de produits identifiés montagne. La mise en place des partenariats avec les entreprises avance rapidement, notamment avec Sodiaal. Les contacts se poursuivent aussi avec Terra Lacta.

Le partenariat qui est en train d’être scellé avec Sodiaal va au-delà du projet initial d’une marque détenue par les producteurs et mise à disposition des entreprises contre royalties.

Une société commerciale sera créée prochainement par les producteurs. Elle rachètera le lait, le fera transformer à façon par le groupe laitier, qui assurera ensuite la distribution des produits. La société commerciale prospectera elle-même les marchés et les producteurs seront associés à la promotion des produits.

Dans un premier temps, seront proposés du lait de consommation et un fromage de type tomme. Le lancement officiel de la marque devrait avoir lieu lors du Sommet de l’élevage. En mettant au pot 15 euros pour dix mille litres de lait, les producteurs ont déjà abondé un budget de 150 000 euros pour élaborer la marque et la communication qui l’accompagnera. Il devrait être complété par des aides régionales et départementales. L’idée étant bien évidemment de construire « un schéma économique dans lequel les producteurs investissent une partie de leurs aides pour en retirer de la valeur ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière