Aller au contenu principal

Le projet lait de montagne se structure à grand pas

La marque « Lait de montagne » sera lancée à l’automne. Six cents producteurs se sont déjà associés au projet. Une société commerciale va être créée prochainement.

Le projet de création d’une marque « Lait de montagne » prend tournure. De nombreuses réunions ont eu lieu cet hiver dans les départements du Massif central pour expliquer la démarche aux éleveurs.

Début avril, quelque 600 producteurs (350 exploitations), principalement de l’Aveyron, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme, avaient déjà adhéré à l’Association des producteurs de lait de montagne (APLM). « Environ 15 % des éleveurs du Massif central sont entrés dans la démarche et nous nous orientons vers les 20%», résume Dominique Barrau, président de l’APLM. Ils représentent ensemble 100 millions de litres de lait.

Les producteurs ont abondé un budget de 150 000 euros

Si les objectifs sont plus ambitieux — 1000 adhérents à l’automne prochain et 3 000 en 2015 pour 500 millions de litres —, le volume de lait fédéré permet d’envisager le lancement de produits identifiés montagne. La mise en place des partenariats avec les entreprises avance rapidement, notamment avec Sodiaal. Les contacts se poursuivent aussi avec Terra Lacta.

Le partenariat qui est en train d’être scellé avec Sodiaal va au-delà du projet initial d’une marque détenue par les producteurs et mise à disposition des entreprises contre royalties.

Une société commerciale sera créée prochainement par les producteurs. Elle rachètera le lait, le fera transformer à façon par le groupe laitier, qui assurera ensuite la distribution des produits. La société commerciale prospectera elle-même les marchés et les producteurs seront associés à la promotion des produits.

Dans un premier temps, seront proposés du lait de consommation et un fromage de type tomme. Le lancement officiel de la marque devrait avoir lieu lors du Sommet de l’élevage. En mettant au pot 15 euros pour dix mille litres de lait, les producteurs ont déjà abondé un budget de 150 000 euros pour élaborer la marque et la communication qui l’accompagnera. Il devrait être complété par des aides régionales et départementales. L’idée étant bien évidemment de construire « un schéma économique dans lequel les producteurs investissent une partie de leurs aides pour en retirer de la valeur ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière