Aller au contenu principal

Le prix de la poudre devrait baisser encore

Avec la fermeture de l'intervention — du 30 septembre au 1er mars —, le prix de la poudre de lait écrémé devrait continuer de baisser sous le seuil d'intervention (1698 €/t moins les frais divers = un équivalent de 1650 € en cotation). En septembre, la cotation poudre de lait écrémé (1650 €/t) avait déjà atteint le seuil. La Commission n'a rien pu vendre cet été. Le problème des 357 000 tonnes de stocks publics devient préoccupant, car on ne voit pas quand il sera possible un jour de les destocker. Il faudrait pour cela une nette hausse des cours. "La Commission a choisi de ne pas prolonger l'intervention cet automne-hiver comme elle le fait depuis deux ans, car elle ne sait déjà pas comment résoudre les stocks actuels, et les prix du lait actuels stimulent à nouveau la production laitière en Europe", pointe Gérard Calbrix, économiste à Atla.

Des hausses de tarif pour le beurre et la crème

Et pour le beurre ? "Le prix est au plus haut. Il y a très peu de disponibilités. Cette situation devrait durer jusque décembre où les fabrications de beurre et de poudre reprennent, avec la hausse saisonnière de la collecte européenne et l'arrêt de certaines lignes pendant les fêtes de fin d'année. À partir de janvier 2018, on devrait assister à une baisse du prix du beurre." 

Les transformateurs ont réussi à passer quelques hausses de tarifs à la grande distribution : environ 0,50 €/kg de beurre plaquette en février, une autre de même ordre en juin juillet, et une autre encore en septembre. "Cela donne une plaquette de beurre sous marque à 5,5 €/kg. En Allemagne, chez Lidl on trouve la plaquette à 6,5 €/kg, mais c'est du 1er prix. En France, dans les rayons, le beurre 1er prix est plus cher que le beurre sous marque, car les contrats sont très courts et les prix négociés chaque mois", décrit Gérard Calbrix. Des hausses tarifaires ont aussi été obtenues pour la crème. Mais rien pour les fromages, ni les autres produits laitiers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière