Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le prix de la poudre devrait baisser encore

Avec la fermeture de l'intervention — du 30 septembre au 1er mars —, le prix de la poudre de lait écrémé devrait continuer de baisser sous le seuil d'intervention (1698 €/t moins les frais divers = un équivalent de 1650 € en cotation). En septembre, la cotation poudre de lait écrémé (1650 €/t) avait déjà atteint le seuil. La Commission n'a rien pu vendre cet été. Le problème des 357 000 tonnes de stocks publics devient préoccupant, car on ne voit pas quand il sera possible un jour de les destocker. Il faudrait pour cela une nette hausse des cours. "La Commission a choisi de ne pas prolonger l'intervention cet automne-hiver comme elle le fait depuis deux ans, car elle ne sait déjà pas comment résoudre les stocks actuels, et les prix du lait actuels stimulent à nouveau la production laitière en Europe", pointe Gérard Calbrix, économiste à Atla.

Des hausses de tarif pour le beurre et la crème

Et pour le beurre ? "Le prix est au plus haut. Il y a très peu de disponibilités. Cette situation devrait durer jusque décembre où les fabrications de beurre et de poudre reprennent, avec la hausse saisonnière de la collecte européenne et l'arrêt de certaines lignes pendant les fêtes de fin d'année. À partir de janvier 2018, on devrait assister à une baisse du prix du beurre." 

Les transformateurs ont réussi à passer quelques hausses de tarifs à la grande distribution : environ 0,50 €/kg de beurre plaquette en février, une autre de même ordre en juin juillet, et une autre encore en septembre. "Cela donne une plaquette de beurre sous marque à 5,5 €/kg. En Allemagne, chez Lidl on trouve la plaquette à 6,5 €/kg, mais c'est du 1er prix. En France, dans les rayons, le beurre 1er prix est plus cher que le beurre sous marque, car les contrats sont très courts et les prix négociés chaque mois", décrit Gérard Calbrix. Des hausses tarifaires ont aussi été obtenues pour la crème. Mais rien pour les fromages, ni les autres produits laitiers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Canicule : Les vaches n’apprécient pas le stress thermique
La chaleur n’est pas bonne pour les vaches, surtout les hautes productrices. Au-delà de la baisse de l’ingestion et de la…
Vignette
Quels équilibres sur les marchés mondiaux du lait à horizon 2030 ?
L'Union européenne, deuxième zone productrice de lait et exportatrice, devrait progresser plus lentement en collecte à l'avenir…
Vignette
Comment tarir les vaches en 2019
Voici les conseils actuels pour une meilleure maîtrise de la période sèche. Une période qui demeure encore un point noir dans…
Vignette
La brumisation, un petit confort supplémentaire
Couplée à une ventilation efficace, la brumisation peut réduire la température de quelques degrés. Mais, l’effet réel des…
Vignette
« Le passage au bio a sauvé mon exploitation robotisée »
Nicolas Roybin a mené sa conversion au bio de main de maître, tout en maintenant la productivité du troupeau et en atteignant son…
Vignette
Les négociations sur les contrats laitiers aboutiront-elles d'ici juillet ?
L'intégration d'un indicateur coût de production dans les formules de prix des contrats pose des difficultés.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière