Aller au contenu principal

Projet 1000 vaches
Le préfet délivre une autorisation pour 500 vaches

© E. BIGNON

Après plus de dix-huit mois d'instruction, le verdict est enfin tombé. Le préfet de la région Picardie vient de signer vendredi 1er février l'arrêté autorisant la SCEA Côte de la justice à exploiter un élevage de 500 laitières associé à un méthaniseur, sur les communes de Drucat et de Buigny-Saint-Maclou dans la Somme.


Le projet initial portait sur 1 000 vaches, mais compte-tenu des surfaces d'épandages détenues à ce jour par le porteur de projet, Michel Ramery, l'autorisation limite le cheptel à 500 laitières et leur suite.


L'autorisation est conditionnée à des mesures d'encadrement strictes concernant le bruit, les odeurs, les rejets du méthaniseur, la consommation d'eau, le trafic généré par l'exploitation... Un dispositif plus sévère que ce qui se pratique habituellement sur les autres élevages. De plus, un contrôle continu de l'exploitation sera assuré par les services de l'État et une instance locale d'information et de suivi, non obligatoire mais souhaitée par le préfet, sera installée.


« Après quatre ans de travail pour monter ce dossier, nous sommes contents qu'une décision soit enfin rendue,
indique Michel Welter en charge du projet. Je regrette que nos arguments relatifs à la surface d'épandage n'aient pas été entendus. Nous allons lancer le projet avec 500 vaches et monter en puissance progressivement. Je suis confiant, nous n'aurons pas de mal à trouver les hectares manquants pour compléter le plan d'épandage. Beaucoup d'éleveurs du secteur se spécialisent en céréales et seront preneurs du digestat. »


« Cette décision marque pour nous une étape. Nous avons sauté la première haie, mais la course n'est pas finie. A nous de prouver désormais que notre élevage fonctionne bien, pour parvenir à 1 000 vaches d'ici 3 à 5 ans. Nous attendons désormais la délivrance du permis de construire pour une stabulation de 1 000 places pour démarrer les travaux dès le printemps avec, si possible, les toitures posées à l'automne. »


De leur côté, les opposants au projet ne s'estiment pas vaincus. L'association Novissen prépare une manifestation nationale à Paris fin février en marge du Salon de l'agriculture, et espère fédérer tous ceux qui refusent l'élevage intensif.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière