Aller au contenu principal

Le pouvoir fertilisant du digestat proche de celui des engrais chimiques

L'étude menée par les chercheurs d'Agra-Ost montre que le digestat seul pollue moins que les engrais chimiques et les combinaisons de digestat avec des engrais chimiques.
L'étude menée par les chercheurs d'Agra-Ost montre que le digestat seul pollue moins que les engrais chimiques et les combinaisons de digestat avec des engrais chimiques.
© C. Gloria

Le digestat des méthaniseurs est un bon fertilisant produit à la ferme. Afin d'étudier ses propriétés, des chercheurs d'Agra-Ost(1), en Belgique, ont mesuré le coefficient d'utilisation apparent (CUA) de la fertilisation azotée en prairie permanente. Le CUA est calculé à partir des exportations d’azote via le fourrage des parcelles fertilisées avec du digestat, des engrais organiques ou chimiques, par rapport à une parcelle non fertilisée. Premières tendances : le CUA des engrais chimiques est meilleur que celui des engrais organiques quand les précipitations sont rares, autour de 850 mm. « Un manque de précipitations fait augmenter le risque de pertes par volatilisation. Au contraire, quand les précipitations sont abondantes, autour de 1250 mm, les engrais chimiques perdent plus en efficacité que le digestat ou le lisier. Nous supposons ici que les pertes par lessivage augmentent », expliquent Jerôme Gennen et Pierre Luxen, d'Agra Ost, dans une étude présentée lors des dernières journées de l'AFPF. Le CUA est fortement dépendant de la pluviométrie. Celle-ci influence en effet la croissance des plantes, l’activité des décomposeurs de la matière organique, et les pertes d’azote par volatilisation ou lessivage. Le CUA est maximal quand la pluviosité est de 900 mm, le pouvoir fertilisant du digestat s'approche alors de celui de l'engrais chimique.

Un pouvoir fertilisant du digestat proche de celui de l'engrais chimique quand la pluviosité est de 900 mm

L’étude a aussi porté sur l’impact de l’utilisation du digestat sur la qualité de l’eau. En effet, l’azote minéral est rapidement disponible pour les plantes, mais il peut aussi être lixivié si tout l’azote disponible n’est pas absorbé. Les concentrations de nitrates dans le sol, correspondant à l’azote potentiellement lessivable, ont été mesurées à l’automne 2013 et 2014 sur des prairies permanentes. Elles ont été fertilisées avec du digestat seul, de l'engrais chimique seul ou des combinaisons d'engrais chimique et de digestat. Il ressort de ces essais que « le digestat seul pollue moins que les engrais chimiques et les combinaisons de digestat avec des engrais chimiques. Ce qui est contradictoire avec les théories sur lesquelles sont fondées les réglementations », avancent les auteurs. « En répétant ces mesures sur d’autres sites et sous d’autres conditions climatiques, ces résultats pourraient servir à convaincre les autorités et les agriculteurs de l’intérêt du digestat comme fertilisant. »

 

(1) Agra Ost est un centre de recherche et de formation basé en Belgique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière