Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le plantain améliore la valeur alimentaire des prairies

Riche en tanins et en minéraux, le plantain apporte un petit plus à la valeur alimentaire d’une pâture multiespèce longue durée. Il s’adapte à tous les types de sols, ne monte pas à graine, et il est peu exigeant en azote.

Plantago lanceolata, le plantain lancéolé, n’est pas qu’une adventice. C’est aussi une espèce qui a été travaillée pour la production fourragère, et qui est très appréciée dans les pays d’élevage de l’hémisphère Sud. « Ses larges feuilles vert foncé présentent des teneurs importantes en minéraux, notamment en sodium, et en oligoéléments. Le plantain est d’autre part très riche en tanins. Mélangés dans le rumen avec les autres fourragères, ces tanins limitent la dégradation des protéines et améliorent ainsi la valeur alimentaire de la prairie », explique Olivier Coutreau, chef produits fourragères chez Barenbrug France.

Le plantain a la même visée que la chicorée, autre plante à tanins. Il est cependant moins productif. S’il produit un peu sur toute l’année, il est particulièrement actif dans l’été et pendant l’automne, c’est-à-dire plus tardivement en saison que la chicorée. Il peut donc s’associer profitablement avec elle. Le plantain a l’avantage de ne pas monter à graine, contrairement à la chicorée. Et même si on le laisse épier, il demeure dans la strate basse du couvert.

Le plantain s’adapte à tous les types de sols

« Le plantain s’adapte à tous les types de sols un peu difficiles comme ceux qui sont dédiés à la pâture. Et il est nettement moins exigeant en azote que la chicorée, précise Olivier Coutreau. Les bovins le consomment sans trier, son appétence étant semblable à celle d’un trèfle blanc. » Les variétés à port dressé facilitent le pâturage.

Le plantain s’installe rapidement. Il est facile à associer, ne présentant ni défaut ni excès d’agressivité vis-à-vis des fourragères classiquement employées en France (dactyle, fétuque, ray-grass, trèfle blanc). Sa pérennité est de quatre ans environ. "Faute d’équation Inra propre à ce type de plante, on ne peut avancer de valeur UF et PDI pour le plantain pour l’instant. Mais il est clair que sa valeur azotée est bonne, à situer entre celle des graminées et celle des légumineuses. « La dose à semer s'établit entre 1,5 et 2 kilos maximum par hectare », conseille Olivier Coutreau.

Des bénéfices santé pour le troupeau lui sont attribués (effet antioxydant, analgésique, anti-inflammatoire) bien qu’ils ne soient pas vraiment documentés. Son action anthelminthique serait moins forte que celle de la chicorée, mais appréciable.

Dans l’hémisphère Sud, le plantain est parfois implanté en pur et offert au pâturage en même temps qu’une parcelle d’un mélange de graminées et légumineuses. Mais en France, ce type de conduite semble compliqué. C’est donc en mélange dans une composition classique pour pâture de longue durée que cette espèce trouvera toute sa place. Il est un peu moins riche en eau que la chicorée, et comme il est moins productif, il ne pose pas vraiment de problème pour la récolte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Pas si facile de mettre en place une procédure de désinfection !
Alors que tout semble fait dans les règles, on se heurte parfois à un échec. Analyse du cas d’un élevage de 150 vaches pourtant…
[Météo agricole] 2019 : un record de chaleur en Europe
Portail réussir
2019 a été « l’année la plus chaude jamais enregistrée en Europe ». Dépassant de 1,2 °C la moyenne de 1981-2010 utilisée en…
Depuis dix jours avec un déplacement de caillette et maintenant avec un ulcère perforant. © J.-M. Nicol
Le mufle ou les naseaux sales

Quand la bête vient juste de manger de l’ensilage, il est normal que des particules restent…

Adama Ibrahim Diallo, président de l’UMPL/B, avec Fatimata Diallo et Halimata Sanné, qui dirigent chacune une mini-laiterie, au Sommet de l’élevage. © B. Griffoul
Développer le lait local au Burkina Faso
L’Afdi Auvergne aide à organiser la filière et apporte un soutien financier pour sécuriser la chaîne du froid des mini-laiteries.
Lorsque l’on réduit l’abreuvement d’une vache de 50 %, on peut diminuer sa production laitière de 20 %. © C. Pruilh
Quand l’eau génère des problèmes en cascade
Baisse de production laitière, cellules, diarrhées, mauvais nettoyage du matériel de traite… Les écueils liés à des défauts de…
Prim’Holstein, la sortie du nouvel ISU reportée en 2021
Prévu pour être appliquée lors de l’indexation d’avril 2020, la nouvelle formule de l’ISU de la race Prim’Holstein ne le sera…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière