Aller au contenu principal

Le plantain améliore la valeur alimentaire des prairies

Riche en tanins et en minéraux, le plantain apporte un petit plus à la valeur alimentaire d’une pâture multiespèce longue durée. Il s’adapte à tous les types de sols, ne monte pas à graine, et il est peu exigeant en azote.

Plantago lanceolata, le plantain lancéolé, n’est pas qu’une adventice. C’est aussi une espèce qui a été travaillée pour la production fourragère, et qui est très appréciée dans les pays d’élevage de l’hémisphère Sud. « Ses larges feuilles vert foncé présentent des teneurs importantes en minéraux, notamment en sodium, et en oligoéléments. Le plantain est d’autre part très riche en tanins. Mélangés dans le rumen avec les autres fourragères, ces tanins limitent la dégradation des protéines et améliorent ainsi la valeur alimentaire de la prairie », explique Olivier Coutreau, chef produits fourragères chez Barenbrug France.

Le plantain a la même visée que la chicorée, autre plante à tanins. Il est cependant moins productif. S’il produit un peu sur toute l’année, il est particulièrement actif dans l’été et pendant l’automne, c’est-à-dire plus tardivement en saison que la chicorée. Il peut donc s’associer profitablement avec elle. Le plantain a l’avantage de ne pas monter à graine, contrairement à la chicorée. Et même si on le laisse épier, il demeure dans la strate basse du couvert.

Le plantain s’adapte à tous les types de sols

« Le plantain s’adapte à tous les types de sols un peu difficiles comme ceux qui sont dédiés à la pâture. Et il est nettement moins exigeant en azote que la chicorée, précise Olivier Coutreau. Les bovins le consomment sans trier, son appétence étant semblable à celle d’un trèfle blanc. » Les variétés à port dressé facilitent le pâturage.

Le plantain s’installe rapidement. Il est facile à associer, ne présentant ni défaut ni excès d’agressivité vis-à-vis des fourragères classiquement employées en France (dactyle, fétuque, ray-grass, trèfle blanc). Sa pérennité est de quatre ans environ. "Faute d’équation Inra propre à ce type de plante, on ne peut avancer de valeur UF et PDI pour le plantain pour l’instant. Mais il est clair que sa valeur azotée est bonne, à situer entre celle des graminées et celle des légumineuses. « La dose à semer s'établit entre 1,5 et 2 kilos maximum par hectare », conseille Olivier Coutreau.

Des bénéfices santé pour le troupeau lui sont attribués (effet antioxydant, analgésique, anti-inflammatoire) bien qu’ils ne soient pas vraiment documentés. Son action anthelminthique serait moins forte que celle de la chicorée, mais appréciable.

Dans l’hémisphère Sud, le plantain est parfois implanté en pur et offert au pâturage en même temps qu’une parcelle d’un mélange de graminées et légumineuses. Mais en France, ce type de conduite semble compliqué. C’est donc en mélange dans une composition classique pour pâture de longue durée que cette espèce trouvera toute sa place. Il est un peu moins riche en eau que la chicorée, et comme il est moins productif, il ne pose pas vraiment de problème pour la récolte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière