Aller au contenu principal
Font Size

Le pâturage d’automne génère des économies

L’herbe
d’automne peut se révéler d’aussi bonne qualité que l’herbe de printemps si la conduite du pâturage d’été a permis de bien raser les parcelles.
L’herbe
d’automne peut se révéler d’aussi bonne qualité que l’herbe de printemps si la conduite du pâturage d’été a permis de bien raser les parcelles.
© C. Pruilh

L’herbe d’automne a souvent mauvaise presse. « Pourtant, elle offre un potentiel de pousse non négligeable », a rappelé Didier Désarménien, de la chambre d’agriculture de la Mayenne, lors d’une conférence au Space sur les leviers de sécurisation alimentaires face aux aléas climatiques. « Selon les années, cela peut représenter entre 1 et 2,5 tMS/ha. » L’herbe
d’automne peut se révéler d’aussi bonne qualité que l’herbe de printemps si la conduite du pâturage d’été a permis de bien raser les parcelles. Les repousses d’automne affichent des valeurs alimentaires élevées, comparables à celles de l’herbe de printemps, voire même légèrement supérieures en azote. On peut tabler sur une valeur de 0,95 UFL/kgMS, et de l’ordre de 140 et 110 g/kgMS pour les PDIN et PDIE. Si la proportion de repousses feuillues est moins importante, avec quelques épis et quelques feuilles jaunes, les valeurs seront plus proches de 0,92 UFL/kgMS, 130 g/kgMS de PDIN et 100 g/kgMS de PDIE. « Attention toutefois à l’automne à rationner le pâturage du fait de la richesse de l’herbe en légumineuses et en eau. »

Des économies en fourrages stockés et en concentrés


En se basant sur une production de 1,5 tMS/ha, approchons les économies de fourrages permises par une valorisation de l’herbe d’automne, ainsi que l’impact financier (voir tableau). Le calcul tient compte de l’économie de maïs ensilage, de foin, de tourteau de soja et de céréales.
« L’impact se montre d’autant plus important que le système est pâturant. Calculé sur la base d’une référence de 400 000 litres de lait, l’économie pour un système fourrager basé sur 30 ares d’herbe par vache se chiffre à 4200 €/an, soit 10 €/1000 l. » Techniquement, n’oublions pas que la valorisation de l’herbe d’automne améliore la qualité du pâturage de l’année suivante. Mais encore faut-il que la portance soit au rendez-vous, avec des chemins et des temps de pâturage adaptés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière