Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le nouveau contrat Milleret

Conforme à la loi Sapin II, ce contrat entre le transformateur de pâtes molles de Haute-Saône et l’OP Milleret entrera en vigueur en janvier 2018.

Milleret souhaite que sa collecte colle davantage à ses fabrications. Elle a un excédent structurel de lait d’environ 20 millions de litres, encore vendu sous contrat à Sodiaal pour quelques années. Côté producteurs, l’OP (1) a défendu un prix plus stable et plus conforme à la réalité de l’entreprise qui n’est pas concernée par les marchés d’exportation et de produits industriels. Après un an de négociations, les deux parties sont parvenues à un accord.
Concernant les volumes, pour chaque producteur, 95 % de la référence individuelle est payée un prix A et 5 % un prix B (valorisation beurre poudre). Lors d’une cession de contrat, le repreneur dispose d’un tiers de la référence du cédant, un autre tiers du volume part dans une réserve pour doter les jeunes installés et le dernier tiers est gelé.

Un index coût de production et pâte molle

"Le gros travail de négociation a porté sur la formule du prix du lait", pointe Xavier Jarrot, président de l’OP. La formule F1 (produits industriels et fromages à pâtes pressées d’exportation) ne pèse plus que 50 % dans l’évolution du prix. L’indexation sur le prix allemand est supprimée. L’indice Ipampa (coût de production lait de vache) entre dans la formule, ainsi qu’un indice Insee pâte molle. Le prix obtenu sera confronté à celui des autres laiteries de la région (Lactalis, Savencia, Sodiaal, Ermitage, Pâturage comtois). Enfin, le prix de base annuel ne descendra pas sous un plancher de 310 €/1 000 l et n’ira pas au-delà de 360 euros. "Il y a des primes chez Milleret, en moyenne 30 €/1 000 l. En prix payé, le plancher correspond au minimum qu’il faut pour couvrir un niveau de charges moyen avec rémunération du chef d’exploitation à 1,5 Smic", commente l’animateur de l’OP. Cet effort de l’entreprise vise à sécuriser sa collecte. "C’est une région où on peut faire des céréales. Donc la pérennité de l’élevage reste fragile." Pour 2017, le prix de base devrait être d’environ 315 €/1 000 l.

(1) 160 exploitations adhérentes, 80 % des volumes collectés, référence contractuelle de 68 millions de litres
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Réagir dès les premières mouches pour éviter la prolifération
Une lutte réussie contre les mouches doit être anticipée, commencer tôt et s’inscrire dans la durée. Il est illusoire de croire…
Vignette
«Le boviduc ouvre la voie aux pâtures sous la route»
Au lieu de traverser la route, matin et soir, neuf mois par an, les vaches de Philippe et Olivier Postec empruntent désormais un…
Vignette
Production laitière : doper le taux butyreux par l’alimentation
Augmenter rapidement le TB, c’est possible par l’alimentation. Certaines rations sont plus favorables mais il faut surtout…
Vignette
Bien penser l'abreuvement des vaches
Une vache laitière consomme de l’eau en grande quantité et rapidement. La disponibilité en eau peut se révéler un facteur…
Vignette
Utilisez-vous des tests de gestation dans le lait ?
Dosage de protéines spécifiques de la gestation dans le lait ou le sang, progestérone, échographies... Plusieurs méthodes sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière