Aller au contenu principal

Le nombre d’exploitations laitières divisé par deux en quinze ans

Selon une étude de FranceAgriMer, il y a aujourd’hui moins de 76 000 livreurs de lait(1) en France, soit deux fois moins par rapport à 1995. Leur référence moyenne s’élève désormais à près de 320 000 litres de lait.

© FranceAgriMer

FranceAgrimer vient de publier les résultats de son étude sur les évolutions des structures laitières dans l’Hexagone. Ce travail confirme l’érosion régulière du nombre de producteurs laitiers mais surtout décortique le phénomène sur les quinze dernières années. « Selon des chiffres encore provisoires pour la campagne 2010/2011, 78 360 exploitations laitières (2) produisent 24 milliards de litres de lait de vache dans les neuf bassins de production français. »

Par ailleurs, le nombre d’exploitations livrant au moins 80 % de leur lait à une laiterie « est passé de 370 000 en 1984 à 150 000 en 1995 et à moins de 76 000 aujourd’hui ». Sur la période considérée, la baisse est régulière et se situe aux alentours de 5000 exploitations par an. Cette baisse « est essentiellement le fait de la diminution des effectifs d’exploitations laitières individuelles (- 85 000, soit - 72 %) ».

On assiste par conséquent à une accélération de l’augmentation des références moyennes. Cette progression des références « s’accélère depuis 2005 avec les augmentations du quota national décidées à Bruxelles. »

Plus de deux millions de litres pour certaines exploitations

Au final, ces exploitations ont une référence moyenne de 318 500 litres de lait soit plus de deux fois plus par rapport à la moyenne de 1995 (150 450 l). Cette référence moyenne « masque une très forte hétérogénéité des situations individuelles des producteurs, la référence pouvant atteindre jusqu’à plus de deux millions de litres pour certaines exploitations », précise FranceAgriMer. La répartition des livreurs par classe de référence laitière a fortement changé depuis 2005 (voir graphique ci-dessous).

Une analyse fine des données montre qu’en 2010, « seules les exploitations dont la référence laitière dépasse 360 000 litres de lait ont progressé en nombre ». C’est la classe de plus de 600 000 litres « qui est la plus dynamique depuis 2005 ». Son taux de croissance sur les cinq dernières années s’élève à 168 % (de moins de 2 300 à plus de 6 000 exploitations).

Les autres exploitations « ont fortement décliné au fil des ans, notamment celles en dessous de 180000 litres ». La catégorie 300 000 à 360 000 litres, « à son apogée en 2008 et 2009, semble amorcer à son tour un virage en 2010, avec pour la première fois, une réduction d’effectifs. »

Une baisse moins prononcée en zone de montagne

La clé de répartition des exploitations entre zone de plaine (63 %), de montagne (21 %) ou défavorisée (16 %) est restée assez stable depuis quinze ans. FranceAgriMer constate tout au plus une baisse d’effectif légèrement inférieure en zone de montagne (- 44 %) par rapport aux deux autres grands bassins (autour de 50 %). Ce phénomène s’expliquerait en partie « par une meilleure valorisation des produits dans une zone peu propice à d’autres activités ».

Les exploitations en zone de plaine sont à la fois plus nombreuses (48 200) et dotées d’une référence moyenne (environ 348000 l) supérieure à la moyenne nationale. Par conséquent, ces exploitations produisent plus des deux tiers (69 %) de la référence nationale. « Les exploitations en zone de montagne ont une référence beaucoup plus modérée (215000 litres). » Concernant les formes juridiques, « avec plus de 40 000 Gaec et EARL, les formes sociétaires dominent. » Leur nombre « semble aujourd’hui presque se stabiliser, après une phase de développement des EARL dont l’effectif a doublé en l’espace de 15 ans et une légère érosion des Gaec depuis 2006. »

A contrario, le nombre d’exploitations individuelles n’a cessé de reculer passant de près de 120000 à un peu plus de 32000 en l’espace de quinze ans. « Si elles représentent encore 42 % des exploitations laitières, elles ne couvrent plus qu’un quart de la production », précise le rapport. L’essentiel de la production est finalement réalisé par les Gaec (41 %) et les EARL (28 %). « Les structures qui affichent les plus fortes progressions de leur référence laitière sont les SCEA, les SA, les SARL ainsi que les organisations de producteurs. » Mais cette catégorie reste encore minoritaire puisqu’elle ne pèse que pour 5 % de la collecte nationale.

(1) Exploitations dont au moins 80 % du lait de la référence totale est dédiée à la livraison. (2) Nombre total d’exploitations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière