Aller au contenu principal

Fièvre catarrhale
Le moucheron en circulation

Le moucheron vecteur est à nouveau actif. Il n´y a pas de preuve de reprise de l´activité virale.


Depuis le 6 avril, l´administration française considère le moucheron Culicoïdès, vecteur de la fièvre catarrhale, de nouveau en activité. Les services vétérinaires ont piégé des moucherons. « Par contre, à ce jour (20 avril), il n´y a pas de preuve de reprise de l´activité virale, ni en France, ni en Belgique, ni aux Pays-Bas ou en Allemagne », précise Marc-Henri Cassagne, directeur de la FNGDSB(1). Les 11 cas identifiés depuis le début de l´année portent à 17 le nombre total de cas français. « Ces 11 cas ont attrapé le virus avant que l´activité du moucheron ne s´arrête l´hiver dernier », précise Marc-Henri Cassagne. L´administration a pris de nouvelles mesures de restriction des mouvements d´animaux vivants présents dans le quart Nord-Est de la France. Le protocole pour les veaux de 8 jours et les conditions de sortie pour abattage sont précisés dans les nouvelles notes de la direction de l´alimentation (DGAL), disponibles sur le site internet du ministère de l´Agriculture(2).
Le dépistage sérologique négatif est demandé pour tout déplacement de ruminants ©sauf les veaux de 8 jours des zones réglementées vers les zones indemnes.©S. Grente

Double contrôle excessif
Pour les mouvements d´élevage, un animal quittant la zone réglementée est soumis avant son départ à un dépistage sérologique et une désinsectisation de 28 jours. La désinsectisation - des animaux, des camions. - est de mise dans tous les cas de figure. Pour sortir d´un périmètre interdit, l´animal est soumis à un double contrôle sérologique : avant départ et à l´arrivée. « Ce double contrôle est excessif. La France va au-delà de la réglementation, et nous ne pensons pas que cela soit justifié au regard du risque. Même si le contrôle à l´arrivée est pris en charge par l´État, il génère des contraintes pour les acheteurs, et complique donc les relations commerciales des éleveurs des périmètres interdits. Or la situation des éleveurs est toujours difficile. » La FNGDSB demande aussi à la DGAL que les éleveurs sentinelles (contrôles sanguins mensuels, pour la surveillance) soient dédommagés du temps qu´ils passent à seconder le vétérinaire pour les contrôles.
(1) Fédération nationale des groupements de défense sanitaire bovin.
(2) www.agriculture.gouv.fr - rubrique Actualités, sous-rubrique Actualités du site.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
En Europe, les prix du lait montent mais la collecte baisse encore
Les cotations des produits laitiers sont à des niveaux très élevés.
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière