Aller au contenu principal

Le monitoring du troupeau change de visage

Medria développe un concept de pilotage innovant pour suivre 100 % des vaches, 24 h sur 24. Un capteur unique assure un suivi automatique tout au long de la vie de l’animal.

 © Medria
© Medria

« Nous quittons progressivement l’ère du contrôle de performances historique pour passer à l’ère du monitoring et du pilotage quotidien des élevages ", indique Philippe Royer, directeur de Seenergi. La nouvelle approche de l’élevage connecté que vient de lancer Medria Solutions(1) s’inscrit dans cette stratégie. Medria fait en effet évoluer son offre dans un bouquet de services appelé FarmLife. « L’idée est de rassembler l’ensemble des indicateurs fournis par un seul et même capteur pour piloter et suivre en continu la repro, la nutrition, la santé, le bien-être de toutes les vaches du troupeau, détaille Thomas Aubry, directeur opérationnel de Medria Solutions. Le capteur sert aussi d’indicateur de vêlage. » Concrètement, l’éleveur équipe tous ses animaux de colliers (capteur Axel). Ceux-ci sont mis à sa disposition, il n’a plus de matériel à acheter. Le système s’appuie sur le repérage des anomalies de comportement, comme par exemple un animal qui reste trop longtemps couché ou debout, une ingestion ou une rumination trop faible, une suractivité, etc. Les différentes données de monitoring, enregistrées toutes les cinq minutes, sont traduites en algorithmes, et l’analyse remonte sur une plateforme internet, à laquelle l’éleveur et ses partenaires peuvent se connecter. Des alertes sont aussi générées sur le téléphone.

Basé sur l’analyse du comportement des vaches

Le collier est posé une fois pour toutes, et les différents services (monitoring des chaleurs, du vêlage, troubles de santé, nutrition, bien-être) s’enchaînent automatiquement en fonction du statut physiologique de l’animal, connu via les échanges automatiques de données de l’élevage. Vel’Live, le tout nouveau service inclus dans le bouquet FarmLife, affiche une fiabilité de 95 % et détecte en moyenne 70 % des vêlages. L’algorithme évoluera en permanence grâce à l’intelligence artificielle. « Le système est autoapprenant. Plus le capteur collectera de données propres aux comportements des animaux d’un élevage, plus l’analyse deviendra pertinente et précise. » Le tarif mensuel du bouquet de services sera dégressif en fonction du nombre de vaches. Une vingtaine d'élevages sont déjà équipés.

(1) Détenue à 65 % par Seenergi
 

Lire aussi : "Le conseil en élevage se réalise à distance grâce aux capteurs"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Après une pause estivale, de début juillet à fin août, Radio Prairies reprendra ses podcasts hebdomadaires sur le pâturage. © Groupe herbe Franche-Comté
En Franche-Comté, des podcasts pour parler de pâturage
Depuis le mois de mars, le groupe herbe Franche-Comté diffuse sur sa chaîne YouTube un podcast hebdomadaire de conseil sur le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière