Aller au contenu principal

Le marché mondial est moins encombré

La collecte française est très faible, en dessous de la moyenne sur dix ans. Les allocations provisoires nulles, la grève du lait, le prix du lait faible en sont la cause. « On se dirige vers une sous réalisation record, de l’ordre de 7 à 8 % en dessous de notre quota », évalue Gérard Calbrix, d’Atla (Association de la transformation laitière). L’Europe du nord a pris l’option de compenser les faibles prix par le volume. « Ils produisent le 1 % de hausse de quota, et ils sont en avance sur leur quota. Du coup, l’Allemagne freine, ainsi que les Pays-Bas, le Danemark et la Pologne. »

Ailleurs, la collecte est plutôt en recul, même en Irlande à cause de problèmes climatiques. Et l’Italie sera en sous réalisation (leur quota avait augmenté de 6 %!). La crise fait très mal dans les pays de l’Est et les pays baltes (- 4 à - 8 %), où il y aurait décapitalisation voire des abandons de la production. « Il y a aussi beaucoup de petits élevages qui ont sans doute fait le choix de ne plus livrer leur lait, et de le valoriser sur le marché informel. Les petites structures ont une bonne capacité de résistance. En Estonie ou Slovaquie (collecte à -10 %) où il y a des grosses structures, la crise fait beaucoup plus de mal », développe Gérard You, de l’Institut de l’élevage.

COLLECTE MONDIALE FAIBLE

La collecte européenne devrait donc globalement être stationnaire sur cette campagne. Aux USA et en Australie, elle serait stable aussi. L’Amérique du sud par contre est en repli. Du côté de la demande, la reprise se passe surtout sur le marché des produits industriels. « La demande de la Chine repart; avec la hausse du pétrole, le Moyen Orient et l’Algérie achètent de nouveau… Par contre, la consommation de fromages ne redémarre pas, car les pays développés ne parviennent pas à sortir de la crise économique. Le prix des fromages risque donc de rester faible », indique Gérard Calbrix.

DEMANDE TOUJOURS FAIBLE EN FROMAGES

L’économiste mentionne un autre signal encourageant. « Les exportations sur pays tiers sont bonnes. Les USA ne sont plus sur le marché mondial. Le marché mondial est moins encombré, et cela permet aux entreprises françaises de mieux se positionner. »

Du côté des signes négatifs, la consommation des ménages. En France, si elle se tient en volume, les prix continuent de baisser. « La grande distribution a réussi à obtenir de nouvelles baisses de tarif. »

Enfin, la baisse des exportations françaises vers les autres pays de l’UE et la hausse des importations de lait de consommation, crème et fromages en provenance d’Allemagne, Belgique… était toujours à l’ordre du jour en août : -23 % d’exportation de lait et +41 % d’importation de lait. « On est toujours envahi par les produits de nos voisins, mais ça devrait aller mieux avec la réduction des écarts de prix du lait entre la France et ses voisins », estime Gérard Calbrix. ■

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière