Aller au contenu principal

Le marché mondial est moins encombré

La collecte française est très faible, en dessous de la moyenne sur dix ans. Les allocations provisoires nulles, la grève du lait, le prix du lait faible en sont la cause. « On se dirige vers une sous réalisation record, de l’ordre de 7 à 8 % en dessous de notre quota », évalue Gérard Calbrix, d’Atla (Association de la transformation laitière). L’Europe du nord a pris l’option de compenser les faibles prix par le volume. « Ils produisent le 1 % de hausse de quota, et ils sont en avance sur leur quota. Du coup, l’Allemagne freine, ainsi que les Pays-Bas, le Danemark et la Pologne. »

Ailleurs, la collecte est plutôt en recul, même en Irlande à cause de problèmes climatiques. Et l’Italie sera en sous réalisation (leur quota avait augmenté de 6 %!). La crise fait très mal dans les pays de l’Est et les pays baltes (- 4 à - 8 %), où il y aurait décapitalisation voire des abandons de la production. « Il y a aussi beaucoup de petits élevages qui ont sans doute fait le choix de ne plus livrer leur lait, et de le valoriser sur le marché informel. Les petites structures ont une bonne capacité de résistance. En Estonie ou Slovaquie (collecte à -10 %) où il y a des grosses structures, la crise fait beaucoup plus de mal », développe Gérard You, de l’Institut de l’élevage.

COLLECTE MONDIALE FAIBLE

La collecte européenne devrait donc globalement être stationnaire sur cette campagne. Aux USA et en Australie, elle serait stable aussi. L’Amérique du sud par contre est en repli. Du côté de la demande, la reprise se passe surtout sur le marché des produits industriels. « La demande de la Chine repart; avec la hausse du pétrole, le Moyen Orient et l’Algérie achètent de nouveau… Par contre, la consommation de fromages ne redémarre pas, car les pays développés ne parviennent pas à sortir de la crise économique. Le prix des fromages risque donc de rester faible », indique Gérard Calbrix.

DEMANDE TOUJOURS FAIBLE EN FROMAGES

L’économiste mentionne un autre signal encourageant. « Les exportations sur pays tiers sont bonnes. Les USA ne sont plus sur le marché mondial. Le marché mondial est moins encombré, et cela permet aux entreprises françaises de mieux se positionner. »

Du côté des signes négatifs, la consommation des ménages. En France, si elle se tient en volume, les prix continuent de baisser. « La grande distribution a réussi à obtenir de nouvelles baisses de tarif. »

Enfin, la baisse des exportations françaises vers les autres pays de l’UE et la hausse des importations de lait de consommation, crème et fromages en provenance d’Allemagne, Belgique… était toujours à l’ordre du jour en août : -23 % d’exportation de lait et +41 % d’importation de lait. « On est toujours envahi par les produits de nos voisins, mais ça devrait aller mieux avec la réduction des écarts de prix du lait entre la France et ses voisins », estime Gérard Calbrix. ■

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
« La certification HVE a été pour nous une reconnaissance du travail réalisé sur l’exploitation » soulignent les trois associés du Gaec. © V. Bargain
Le Gaec Moulins de Kerrolet est l'une des premières exploitations laitières certifiées HVE
Le Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan, est l'une des premières exploitations laitières à obtenir la certification Haute…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière