Aller au contenu principal

Le lupin, la « petite » culture qui remonte

Véritable concentré 
sur pied, le lupin peut 
être une solution face 
à l’envolée du prix des matières premières.
Véritable concentré
sur pied, le lupin peut
être une solution face
à l’envolée du prix des matières premières.
© S. Roupnel

« Cultivé en Poitou-Charentes, le lupin ne serait jamais arrivé dans nos régions sans un grain de folie chez des éleveurs », raconte Gérard Bavière, conseiller cultures à la chambre d’agriculture du Calvados. Que le lupin soit blanc, bleu, d’hiver ou de printemps, le plus gros challenge dans les régions tardives reste de récolter un lupin sec à une période favorable, idéalement la deuxième quinzaine d’août. La date de semis est déterminante, tout comme le choix des parcelles et de la variété. « Misez sur une variété précoce. Les variétés Feodora et Arabella sont les plus adaptées en lupin de printemps. Il y a quatre ans, l’arrivée de Feodora, plus précoce et moins sensible aux maladies que Amiga, a mis du baume au cœur des amateurs de lupin en Normandie », se souvient Gérard Bavière. En lupin d’hiver, Lumen et Clovis sont les variétés qui résistent le mieux aux maladies et au froid. La sélection relativement récente du lupin d’hiver a permis d’améliorer le rendement grâce à une floraison plus courte et plus efficace que les variétés traditionnelles.

Des efforts sur la sélection


Culture mineure, le lupin peut souffrir d’un manque d’homologation de produits phytosanitaires.
« En désherbage, le mélange triple Centium 36 CS, Prowl 400 et Cent 7 permet tout de même de s’affranchir d’une bonne partie des mauvaises herbes, estime Gérard Bavière.
Le désherbage mécanique est aussi possible. Quelle que soit la méthode, il faut veiller à ne pas rater le désherbage post semis. »
Côté maladies, l’anthracnose et la rouille sont les plus à craindre.
Un traitement des semences s’impose contre l’anthracnose pour le lupin blanc. Quelques produits sont autorisés en cas d’intervention. En lupin d’hiver, la semence doit être traitée contre la mouche du semis. Les attaques de limaces peuvent être redoutables et sont à surveiller. Et Gérard Bavière de conclure : « Le lupin est une plante rustique qui nécessite peu d’interventions par rapport à un pois par exemple. Les rendements dans nos régions tardives peuvent parfois atteindre 60 q/ha et sont plus élevés qu’au sud de la Loire pour des teneurs
en protéines plus faibles. Dans nos régions, il est souvent nécessaire d’utiliser une dose de semis supérieure aux préconisations. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière