Aller au contenu principal

Le lupin, la « petite » culture qui remonte

Véritable concentré 
sur pied, le lupin peut 
être une solution face 
à l’envolée du prix des matières premières.
Véritable concentré
sur pied, le lupin peut
être une solution face
à l’envolée du prix des matières premières.
© S. Roupnel

« Cultivé en Poitou-Charentes, le lupin ne serait jamais arrivé dans nos régions sans un grain de folie chez des éleveurs », raconte Gérard Bavière, conseiller cultures à la chambre d’agriculture du Calvados. Que le lupin soit blanc, bleu, d’hiver ou de printemps, le plus gros challenge dans les régions tardives reste de récolter un lupin sec à une période favorable, idéalement la deuxième quinzaine d’août. La date de semis est déterminante, tout comme le choix des parcelles et de la variété. « Misez sur une variété précoce. Les variétés Feodora et Arabella sont les plus adaptées en lupin de printemps. Il y a quatre ans, l’arrivée de Feodora, plus précoce et moins sensible aux maladies que Amiga, a mis du baume au cœur des amateurs de lupin en Normandie », se souvient Gérard Bavière. En lupin d’hiver, Lumen et Clovis sont les variétés qui résistent le mieux aux maladies et au froid. La sélection relativement récente du lupin d’hiver a permis d’améliorer le rendement grâce à une floraison plus courte et plus efficace que les variétés traditionnelles.

Des efforts sur la sélection


Culture mineure, le lupin peut souffrir d’un manque d’homologation de produits phytosanitaires.
« En désherbage, le mélange triple Centium 36 CS, Prowl 400 et Cent 7 permet tout de même de s’affranchir d’une bonne partie des mauvaises herbes, estime Gérard Bavière.
Le désherbage mécanique est aussi possible. Quelle que soit la méthode, il faut veiller à ne pas rater le désherbage post semis. »
Côté maladies, l’anthracnose et la rouille sont les plus à craindre.
Un traitement des semences s’impose contre l’anthracnose pour le lupin blanc. Quelques produits sont autorisés en cas d’intervention. En lupin d’hiver, la semence doit être traitée contre la mouche du semis. Les attaques de limaces peuvent être redoutables et sont à surveiller. Et Gérard Bavière de conclure : « Le lupin est une plante rustique qui nécessite peu d’interventions par rapport à un pois par exemple. Les rendements dans nos régions tardives peuvent parfois atteindre 60 q/ha et sont plus élevés qu’au sud de la Loire pour des teneurs
en protéines plus faibles. Dans nos régions, il est souvent nécessaire d’utiliser une dose de semis supérieure aux préconisations. »

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière