Aller au contenu principal

Production laitière en Suède
Le lait frais pasteurisé est roi dans les ménages

La Suède verrouille plutôt bien son marché national des produits laitiers. Notamment grâce à la dominance écrasante d´Arla Foods.


Début 2004, le prix du lait perçu par les producteurs s´élevait à 316 euros/1000 kg(1). Un prix en baisse par rapport aux années précédentes, mais qui reste parmi les plus élevés d´Europe (deuxième derrière l´Italie).
Pour le prix du lait, il n´y a pas de coordination nationale. Chaque entreprise dispose de son propre mode de calcul pour le paiement du lait. Les producteurs sont payés deux fois par mois selon quatre critères principaux : la saison, les taux, la qualité du lait et le mode de production (bio ou conventionnel). Les livraisons de lait biologique représentent 4,3 % du total.
Toutes les laiteries en Suède, sont de nature coopérative. On dénombre sept entreprises disposant de 36 usines de transformation. C´est de loin Arla Foods, laiterie dano-suédoise, qui domine le marché, réalisant près des deux tiers de la collecte laitière, devant Skanemejerier (12,5 %) et Milko Mejerier (12,4 %).

Pour la collecte et la vente de lait frais, chaque laiterie couvre une région bien déterminée, n´empiétant généralement pas sur le « territoire » de l´autre. Avec une forte production de laits liquides et de crème, la transformation laitière est déjà concentrée sur les produits de grande consommation.

Un marché dominé par Arla Foods
Les unités de production se répartissent sur l´ensemble du territoire du fait des contraintes géographiques de la Suède, qui s´étire sur 1600 km, et d´une population réduite (neuf millions d´habitants). De plus, les consommateurs sont très friands de lait frais pasteurisé (pas UHT), qui doit se consommer rapidement après son conditionnement. La consommation de lait liquide est notamment l´une des plus élevées d´Europe.
« L´une des forces du secteur laitier suédois est le nationalisme dont font preuve les consommateurs, explique Daniel Blanc, chargé de mission à Stockholm auprès de l´Ambassade de France. Ils sont fidèles aux produits laitiers d´origine nationale, qui selon eux, constitue le meilleur gage de qualité. » Aucun lait liquide étranger n´est d´ailleurs vendu en magasin (sauf chez Lidl depuis 2003), et il n´existe pas encore de marque de distributeur.

La renouée des oiseaux a posé des problèmes de désherbage sur les parcelles dans la plupart des régions. ©C. Gloria

Source : Ambassade de France en Suède.
(1) Prix moyen payé au producteur pour un lait à 4,2 % de matière grasse et 3,4 % de protéine, et de bonne qualité sanitaire.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Damien Lacombe, président de Sodiaal
Sodiaal: un résultat courant 2020 tout juste à l’équilibre
La coopérative laitière annonce en 2020 un résultat courant consolidé à 1,3 millions d’euros, et un Ebitda au même niveau qu’en…
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
En dehors de la période hivernale, les veaux devront obligatoirement à partir de six semaines, avoir accès à une aire extérieure et/ou pouvoir pâturer.  © F. Mechekour
Le nouveau règlement européen bio se précise
Le règlement européen s’appliquera au 1er janvier 2022. Les changements les plus importants concernent les bâtiments.
Bcel Ouest, Evolution, GDS Bretagne et Copavenir fusionnent
Annoncée cet automne, la fusion entre Evolution, Bcel Ouest, GDS Bretagne et Copavenir sera effective à compter du 1 er…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière