Aller au contenu principal

Recherche
Le lait de vaches clonées ne présente pas de risques pour la santé

Un rapport américain confirme l´innocuité de la viande et du lait issus d´animaux clonés et de leur descendance.


L´autorité sanitaire américaine (FDA) a annoncé le 15 janvier que la consommation de viande et le lait issus d´animaux clonés et de leur descendance ne présentaient pas plus de risques pour la santé humaine que les produits issus d´animaux non clonés. Le rapport américain prend en compte les résultats d´études réalisées aux États-Unis et autres pays. Cette annonce a créé des remous en France car elle coïncide avec l´exacerbation du débat autour des OGM. Rappelons à toutes fins utiles que les clones n´ont strictement rien à voir avec les organismes génétiquement modifiés. Par ailleurs, cette conclusion n´est pas surprenante puisque « cette agence avait déjà conclu dans ce sens en 2003 et 2006 à l´occasion d´études préliminaires », tempère Yvan Heyman, ingénieur recherche à l´Inra.
Actuellement en France et dans l´Union européenne, le clonage, même à des fins commerciales, est possible. Par contre, la consommation de leurs produits « n´est pas autorisée ». La Commission européenne devait cependant présenter en janvier un projet de règlement sur les nouveaux aliments. Ce dernier fait notamment un premier pas en direction de la commercialisation de produits issus d´animaux clonés.

« Une étude de l´Inra confirme que le lait et la viande issus d´animaux clonés ne présentent pas plus de risques pour la santé que ceux d´animaux non clonés, » assure le chercheur Yvan Heyman. ©Inra

Une quarantaine de bovins clonés
L´Inra a anticipé en étudiant les risques qui pourraient être liés à la consommation des produits issus de clones. L´Institut de recherche a démarré dès 2002 une étude comparative portant sur une quarantaine de bovins clonés et une quarantaine de bovins non clonés (témoins). Ce travail a pour but de comparer la santé des animaux, leurs performances zootechniques (croissance, reproduction.) mais aussi leurs produits. « Nous n´avons pas mis en évidence de différences au niveau du lait et de la viande tant en termes de composition que de valeurs nutritionnelles », explique Yvan Heyman. « Les Japonais ont fait le même genre d´études et arrivent aux mêmes conclusions », précise le chercheur. « Il n´y a, a priori, pas de raisons que les propriétés soient différentes dans la mesure où les clones ne sont pas des organismes génétiquement modifiés. »
Pour Yvan Heyman, les recherches sur les clones doivent aller au-delà de l´aspect strictement sécurité alimentaire pour se pencher sur les éventuels risques génétiques (mutations.) liés à la technique et sur le volet sociologique. « Avant de décider de faire entrer les produits de clones dans la chaîne alimentaire, il faut prendre en compte tous les facteurs. C´est une question de société. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

 © E. Bignon
Vaches laitières : Faut-il remettre en cause la notion d’alimentation à volonté ?
Restreindre l’alimentation des vaches les moins efficientes pour la ramener au niveau de celle des plus efficientes permettrait-…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Un fort amaigrissement en début de lactation: mieux vaut contrôler le taux de BHB de ces vaches. © O. Crenn
Pourquoi ces vaches démarrent-elles mal leur lactation ?
Depuis trois mois, les vaches fraîches vêlées ne démarrent pas en lait, les chaleurs sont discrètes… Dans le cas de cet élevage…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au début d’année
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière