Aller au contenu principal
Font Size

Entre produits standard et appellations d’origine
Le lait de montagne cherche à se différencier

Dans les linéaires depuis longtemps, le lait de montagne cherche sa voie. Les producteurs notamment réclament leur part du gâteau.

Le décret montagne publié en 2000 a comblé le vide juridique, lié à l’utilisation
du terme même de « montagne » pour le lait et les quatre autres filières engagées.
Le décret montagne publié en 2000 a comblé le vide juridique, lié à l’utilisation
du terme même de « montagne » pour le lait et les quatre autres filières engagées.
© DR/Archives

Deux cent vingt millions de litres.Tel est le volume de lait commercialisé sous l’estampille «produit de montagne». Soit autant que la production de lait issu de l’agriculture biologique. Pourtant, il ne représente qu’une part infime du lait produit en zone de montagne, à savoir quelque 3,2 milliards de litres (14 % de la production française), dont les deux tiers proviennent du Massif central. C’est dire la marge qui reste pour identifier — et donc mieux valoriser? — le lait de montagne, sachant tout de même que le tiers est déjà utilisé pour fabriquer des fromages d’appellation d’origine contrôlée et qu’une grande partie est transformée hors zone. Le terme « montagne » est particulièrement porteur auprès des consommateurs, comme l’a montré une étude du Cniel. Il véhicule un imaginaire très puissant qui associe des notions d’authenticité, de pureté, de nature préservée, de goût retrouvé… Une chaîne de grande distribution, Carrefour, a compris depuis longtemps combien la montagne pouvait être un argument commercial efficace. Associée aux établissements Toury (Puy-de-Dôme), l’enseigne a positionné le lait de montagne UHT comme unique marque de distributeur entre le lait premier prix et les grandes marques nationales. Il représente aujourd’hui le quart de son marché lait de consommation. Elle bénéficie de fait d’un quasi-monopole pour la distribution du lait de montagne UHT. Les établissements Toury commercialisent également du lait — une part minoritaire — sous leur propre marque.

ENTRE LAIT STANDARD ET LAIT DE MARQUE

« Notre lait de montagne est né de la volonté de jouer une réelle différenciation sur le lait de consommation qui — il y a une dizaine d’années — souffrait énormément de par sa pauvreté, explique Jean-Claude Pavé, responsable du marché des produits laitiers chez Carrefour. Depuis, les industriels ont fait de gros efforts en développant des laits de marque. Nous avons fait le choix d’un positionnement prix fédérateur pour avoir le maximum de consommateurs. Nous voulions éviter d’en faire un produit de niche. Notre but était de tirer le segment lait de consommation vers le haut grâce au lait de montagne. Mais, pour ce faire, il fallait le démocratiser de la façon la plus large possible. Le consommateur est prêt à acheter le lait de montagne plus cher que le lait standard mais pas aussi cher qu’un lait de marque nationale. Il manque encore cette caution de marque qui est très forte. »


 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière