Aller au contenu principal

Le lait bio a du potentiel de développement

La demande est toujours en croissance. Mais attention à la concurrence des démarches de différenciations privées.

En France, le Cniel prévoit un potentiel de production de 945 millions de litres à fin mai 2019, avec 3 506 producteurs.
© A. Conté

Difficile de dire si l’avenir du bio est vraiment aussi rose qu’il en a l’air. "Du côté des opportunités, la bio répond aux attentes du consommateur. Les ventes continuent de se développer en Europe - tirées par l’Allemagne et la France - et la demande chinoise en poudres de lait infantile croît", ont décrit Mathilde Blanc, de l’Itab, et Benoît Rouyer, du Cniel, lors d’une conférence au Space, le 15 septembre dernier. Mais l’équilibre des marchés laitiers biologiques est incertain à moyen terme (horizon 2020) du fait de la hausse de production européenne, et de l’essor des nouvelles démarches privées : éthique, lait de pâturage, sans OGM… qui rencontrent un vif succès chez nos voisins allemands, autrichiens et autres. Elles peuvent concurrencer la bio. En Autriche, le lait de foin représente autant de parts de marché que le lait bio.

La collecte européenne était de 4,4 milliards de litres en 2016 : 800 millions de litres en Allemagne, 600 en France, 500 au Danemark, 480 en Autriche et 400 au Royaume-Uni et en Suède. Chez nos concurrents allemands et autrichiens, la dynamique de collecte bio est toujours bonne. Mais au Danemark, elle ralentit. "Leurs systèmes intensifs avec achat de concentrés sont fragiles, car il y a eu beaucoup de conversions en lait alors que la production végétale bio n’a pas suivi. Le risque de déconversion est donc réel en cas de redressement du marché conventionnel", indique Mathilde Blanc.

Toujours un bon rythme de conversions

"En France, après le boom des conversions de novembre 2015 à mai 2016 (706 conversions pour 280 millions de litres), les conversions de juin 2016 à mai 2017 sont quand même de 383 pour 153 millions de litres. Le rythme de cessations laitières ( < 1% du volume annuel collecté en 2017) est modéré. Il est donc prévu à fin mai 2019, 3 506 producteurs pour 945 millions de litres, si les conditions climatiques sont favorables", détaille Benoît Rouyer.

"Il y a peu de risque de déséquilibres des marchés lié au développement de la collecte bio européenne. L’enjeu est plus la concurrence des autres démarches privées, et de conserver la crédibilité de la bio par rapport à ces démarches, avec une possible surenchère du cahier des charges", concluent les deux experts.

Des ventes en hausse

En 2016 par rapport à 2015, les ventes poursuivent leur essor : +5,2 % en lait de consommation, +11,6 % en beurre, +22 % en ultrafrais, +16 % en fromages libre-service (source : Cniel).

En 2017, la dynamique se poursuit sauf pour le lait de consommation. Les mauvaises conditions fourragères ont pesé sur la collecte qui baisse depuis fin 2016 et les transformateurs ont choisi de fabriquer moins de lait de consommation. "Il y a un gros potentiel de développement de la consommation en restauration hors foyer", ajoute Benoît Rouyer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière