Aller au contenu principal
Font Size

Ferme expérimentale de Trévarez
Le groupage des vêlages à la manière néo-zélandaise

Grouper les vêlages sur trois mois tout en limitant l´usage des hormones, c´est possible en adaptant la méthode néo-zélandaise. Trévarez a mis au point son propre protocole.


Grouper les vêlages sur deux mois pour fermer la salle de traite pendant un mois. Tel était le premier objectif des travaux menés à la ferme expérimentale de Trévarez dans le Finistère. « C´était un pari difficile à tenir, constate Dominique Jouanne, de la chambre d´agriculture du Finistère. Depuis, nous sommes revenus à un objectif de groupage des vêlages sur une période de trois mois. » Les expérimentations menées depuis 2002 à Trévarez(1) montrent que la mise en reproduction dans les délais prévus est possible tout en limitant l´usage des hormones.
A Trévarez, les efforts ont particulièrement porté sur l´observation et l´enregistrement de tous les événements sanitaires et de reproduction dès le vêlage. ©V. Rychembusch

Un diagnostic de gestation systématique
En deux ans d´essai, 87 % des vaches ont été vues en chaleur au moins une fois avant le début des inséminations. Et près des trois quarts (73 %) ont été inséminées dans les trois premières semaines de la période objectif. 20 % des animaux ont reçu un traitement hormonal pour déclencher les chaleurs.
Les expérimentateurs ont adapté la méthode néo-zélandaise aux conditions de l´élevage. Cette dernière est basée sur la saisie par l´éleveur de la date de début d´accouplement souhaitée.
Chaque étape est décrite avec les tâches à accomplir au jour le jour. Les hormones sont utilisées pour gérer les vaches à problème ou pour déclencher les vêlages des vaches fécondées tardivement. A Trévarez, les efforts ont particulièrement porté sur l´observation et l´enregistrement de tous les événements sanitaires et de reproduction dès le vêlage. La détection des chaleurs a d´abord été réalisée à l´aide de l´application d´une peinture. « Cette méthode nous a un peu déçu. Nous avons ensuite utilisé un détecteur de chevauchement collé sur la croupe des vaches à chaleurs discrètes », précise Dominique Jouanne.

Le vétérinaire est systématiquement intervenu sur les vaches à problème (chaleurs non vues, suspicion de métrite) avant le début des inséminations. Un diagnostic de gestation par échographie a été systématiquement réalisé. Enfin, les hormones n´ont jamais été utilisées pour déclencher les vêlages, même en fin de période choisie pour la reproduction.
Les délais moyens de mise à la reproduction ont été assez élevés : 80 jours en moyenne. « Les vaches vêlées en début de période ne peuvent pas être inséminées avant 95 jours, les suivantes le sont au délai classique, par contre pour les dernières vêlées on est obligé d´intervenir très tôt dès la première chaleur. »
Pour des raisons physiologiques (involution utérine), « les chances de réussite à l´insémination moins de 50 jours après le vêlage sont certes inférieures. Mais si l´éleveur n´insémine pas rapidement les vaches qui ont vêlé tardivement, la probabilité de recaler ces animaux avec les autres est dans certains cas nulle. »

(1) Résultats présentés à l´occasion des journées Rencontres, recherches et ruminants en décembre 2005.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière