Aller au contenu principal

Le Grenier coopératif de l’Albigeois mise sur le lin extrudé

Le Grenier coopératif de l’Albigeois a démarré la  production de graines de lin en 2008. Environ 800 hectares devaient être implantés pour la campagne 2014-2015.
Le Grenier coopératif de l’Albigeois a démarré la production de graines de lin en 2008. Environ 800 hectares devaient être implantés pour la campagne 2014-2015.
© Le Paysan tarnais

Le Grenier coopératif de l’Albigeois, une coopérative de collecte du Tarn, qui fabrique aussi
de l’aliment, a mis en service il y a deux ans une usine d’extrusion de graine de lin et de soja. Dans cette région où se côtoient productions végétales et exploitations d’élevage, la coopérative poursuit avec cet investissement de près d’un million d’euros un double objectif.
Pour les premières, il s’agit de diversifier l’assolement et d’allonger la rotation avec les avantages agronomiques qui en résultent ; pour les secondes, de leur fournir une matière première reconnue pour son intérêt zootechnique. L’idée est également, en valorisant la complémentarité locale des productions végétales et animales, de lisser la fluctuation des prix des produits. La production de graine de lin a démarré dès 2008. Quelque 800 hectares devaient être implantés pour la campagne 2014-2015. Sur les cinq dernières années, le rendement moyen est de 17 quintaux par hectare. « À la limite de la rentabilité, reconnaissent les dirigeants de la coopérative. Mais on raisonne rotation. »


« Au minimum cinq grammes d’oméga 3 par kilo de matière sèche »


Le Grenier coopératif de l’Albigeois fabrique moins de 2000 tonnes d’extrudé par an. Mais l’usine est en capacité de produire 8000 à 10 000 tonnes, objectif que la coopérative s’est fixé dans un horizon de quatre à cinq ans. Outre du soja, elle commercialise auprès des fabricants d’aliments, sous sa marque Inéal, une gamme d’extrudés à base de lin avec trois niveaux
d’incorporation (30 %, 50 %, 70 %). « Nous sommes les seuls à proposer du lin extrudé sous forme de croquettes à ce niveau d’incorporation », affirme Daniel Maurel, directeur. En vaches laitières, la coopérative préconise d’utiliser les aliments contenant du lin pendant les soixante premiers jours de lactation et sur des vaches à plus de 45 kg de lait. Dans ces conditions,
il est observé une augmentation de production de 15 %, assure Pierre Albouy, zootechnicien de la coopérative. « Il faut au minimum cinq grammes d’oméga 3 par kilo de matière sèche ingérée pour voir un effet. L’idéal est d’avoir six grammes », ajoute-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière