Aller au contenu principal

Le GIE de collecte de la châtaigneraie s’engage pleinement dans la transformation

Ayant bien anticipé la fin de son contrat de vente de lait, le GIE de collecte est en passe de devenir une entreprise fromagère à part entière avec des produits haut de gamme.

La mozzarella, présentée en 
boules de 125 g, et le cantal au lait cru sont vendus sous la marque L’éleveur occitan, nom déposé par le GIE de la châtaigneraie.
La mozzarella, présentée en
boules de 125 g, et le cantal au lait cru sont vendus sous la marque L’éleveur occitan, nom déposé par le GIE de la châtaigneraie.
© B. Griffoul

Si plusieurs structures de vente de lait se sont retrouvées en graves difficultés ces dernières années, le GIE de la châtaigneraie, dans le Cantal, est en train de négocier, avec bonheur semble-t-il, son virage vers la transformation. Il regroupe 70 producteurs de trois départements (Cantal, Lot, Aveyron) et collecte 20 millions de litres de lait, dont 7 millions sous cahier des charges AOP cantal.

Jusqu’au 31 mars dernier, la totalité du lait était vendu au groupe 3A. Suite à la rupture du contrat, le groupement a pu retrouver un débouché auprès d’un industriel italien. Une solution toute provisoire, le temps de s’engager pleinement dans la transformation du lait et de trouver les marchés pour ses produits, vendus sous marque propre.

Le GIE a ciblé la grande distribution avec des fromages haut de gamme. Après un premier essai concluant l’an dernier, il vient de lancer pour de bon la première mozzarella artisanale fabriquée en France. « Notre mozzarella nécessite dix litres de lait pour fabriquer un kilo de produit (autant que pour le cantal), alors que six litres suffisent pour les produits industriels. Ce qui lui confère davantage de goût », explique Jean-Daniel Teulier, responsable du développement. Pour l’instant, elle est distribuée dans les magasins Intermarché et Leclerc du Sud-Ouest. Depuis l’automne dernier, le groupement commercialise également un cantal au lait cru affiné pendant au moins quatre mois.


Partenariat avec la coopérative laitière de Bouriannes

Ne souhaitant pas investir dans un outil de fabrication, le GIE de la châtaigneraie a noué un partenariat avec la coopérative laitière de Bouriannes dans le Cantal. Mais, il a financé lui-même la ligne de production de mozzarella.

L’enjeu du GIE est désormais de réussir son développement commercial : le groupement a embauché un agent et les producteurs multiplient les animations en magasins (180 en 2012). Pour 2013, l’objectif est de transformer 5 millions de litres de lait en cantal et 2 millions en mozzarella. Et, dès l’an prochain, la totalité du lait AOP devrait être valorisée. Une pâte persillée est également à l’étude.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
Matthias Frei, éleveur en Gaec dans les Vosges
"A cause des sécheresses, nous élevons moins d'animaux"
Matthias Frei, en Gaec dans les Vosges avec des vaches laitières et allaitantes, témoigne d'un été qui pénalise encore les…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière