Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« Le génotypage, une avancée à utiliser avec prudence »

Convaincu de l'intérêt de la génomique pour accélérer le progrès génétique par la voie mâle, Bruno Béchet, président de Prim'Holstein France, est plus prudent sur son utilisation massive en élevage.

Bruno Béchet, président de Prim'Holstein France : « Pour gérer le renouvellement, le savoir de l'éleveur et l'index sur ascendance sont trop sous-estimés.»
Bruno Béchet, président de Prim'Holstein France : « Pour gérer le renouvellement, le savoir de l'éleveur et l'index sur ascendance sont trop sous-estimés.»
© Prim'Holstein France

Les premiers taureaux génomiques sont sortis en juin 2009. Quel bilan tirez-vous de ce nouveau mode de sélection ?

Bruno Béchet - « Il y a eu quelques déceptions avec les premiers taureaux génomiques. Certains taureaux ont en effet changé de profil génétique par rapport à leur première évaluation. C'est très préjudiciable lorsque vous réalisez un accouplement ciblé. Mais, depuis la méthode a évolué et s'est améliorée. Et cela va continuer. Aussi, à l'échelle de la population Holstein, la sélection génomique est une technologie très intéressante. Elle permet de progresser plus rapidement pour deux raisons : la diminution de l'intervalle de génération et l'élimination des mauvais taureaux dès leur naissance. Le progrès génétique sera plus important dans les troupeaux appartenant à des éleveurs non-sélectionneurs que chez les sélectionneurs parce que ces derniers ont pris de l'avance. »

Vous semblez prudent vis à vis de l'intérêt du génotypage des femelles dans les élevages ?

B. B. - « Ce service représente une réelle avancée, mais je regrette que la communication n'aille que dans un sens. Comme si c'était une stratégie incontournable et toujours bénéfique pour les éleveurs. Cela me dérange parce que le génotypage reste un investissement important, autour de 60 à 80 euros selon le nombre de génotypages et le prestataire. Il faut pouvoir l'amortir surtout si vous génotypez toutes vos femelles. Or, ça n'est pas toujours simple de valoriser tous les résultats surtout dans les cas où les index génomiques de vos femelles varient d'une indexation à l'autre. Quel est le bon index ? »

Quelles sont vos préconisations en termes d'utilisation du génotypage femelle ?

B. B. - « Dans le cadre de l'approvisionnement en mères à taureaux pour les schémas, c'est devenu un élément incontournable. En revanche, pour les éleveurs, c'est à l'appréciation de chacun en fonction des besoins de son élevage. On dispose de trois outils d'aide à la décision pour gérer le renouvellement du troupeau. Le premier est l'index sur ascendance, qui a le mérite de toujours exister, d'être gratuit et de fournir un indicateur pertinent. Le génotypage est le second. Il donne des indications sur le profil des génisses tout en sachant que l'on ne peut pas être certain qu'il se traduira concrètement dans les élevages. Le troisième, trop souvent sous-estimé alors qu'il est très important, c'est la connaissance de l'éleveur. Si ces trois indicateurs vont dans le même sens, il n'y a pas de problèmes. Mais que faites vous quand le génotypage donne un profil différent des deux autres indicateurs ? Dans ce cas, je préfère me fier aux index sur ascendance et à mon expérience d'éleveur. Globalement, dans l'état actuel des choses, cela me paraît trop prématuré d’utiliser le génotypage pour trier voire éliminer des génisses dans un troupeau. Les informations obtenues sont riches d'enseignements pour réaliser les accouplements. Et s'il y a erreur sur le profil de la génisse, ça n'est pas irrémédiable. On peut rectifier le tir lors des accouplements suivants. En revanche, si vous éliminez une génisse en ne tenant compte que de ses index génomiques, c'est une décision irrémédiable. Imaginez que cette génisse gagne 20 points d'ISU à l'indexation suivante ! Ou vice versa. Vous risquez alors de garder une génisse dont les index vont finalement baisser. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
« Nos cédants voulaient transmettre à des jeunes »
Dans la Manche, François et Pierre Bienvenu ont repris deux exploitations en janvier 2019. Les deux frères ont réalisé leur rêve…
Globalement, la collecte des grands exportateurs reste peu dynamique.    © J. Chabanne
La cotation de la poudre de lait poursuit sa montée

Après un mois d'octobre relativement stable autour de 2 350 €/t, la cotation française de la poudre de lait écrémé…

 © Bel
Le groupe Bel va plus loin que le non OGM

 

La stratégie du groupe Bel est de…

 © Bel
En 2020, Bel garantit 371 euros pour 1000 litres

Pour la troisième année consécutive, le groupe Bel et l’APBO - Association des producteurs de lait Bel…

Lait : des robots de traite plus rapides et moins énergivores
Machinisme
Les dernières générations de robots de traite disposent de capteurs plus efficaces et de mouvements animés électriquement, au…
Vignette
Avec un tracker solaire : « Notre facture d’électricité a diminué d’un quart »
Le Gaec Hélaine, dans la Manche, a investi en 2017 dans un tracker solaire. L’objectif ? Réduire la facture énergétique en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière