Aller au contenu principal

Flandres
Le fromage de Bergues veut se faire connaître

Le fromage de Bergues travaille depuis déjà trois ans à la création d´une nouvelle AOC fromagère.


Sept éleveurs et transformateurs fermiers de fromage de Bergues se sont réunis autour d´un projet : faire une AOC pour ce fromage des Flandres. Actuellement, quinze producteurs fermiers en fabriquent. « Tous ne se sont pas inscrits dans la démarche, car, comme nous ne rencontrons pas de problème de commercialisation, certains n´en voient pas l´utilité. C´est un fromage très apprécié », explique Jean-Noël Top, président de l´association Fromage de Bergues Tradition.
L´association veut aller jusqu´à l´AOC pour faire connaître les Flandres et le fromage de Bergues, et elle est soutenue dans sa démarche par de nombreux partenaires(1). « Nous avons prospecté, et nous savons que l´AOC nous donnera l´opportunité de vendre au-delà de la région, et donc de développer la production », ajoute Jean-Noël Top. Aujourd´hui, la production est d´environ 70 tonnes.
La race flamande est remise à l´honneur avec le projet d´AOC. ©DR

Un fromage à 15 % de matière grasse
Le fromage de Bergues est une pâte molle, qui titre 15 % de matière grasse sur poids total, car il est fabriqué à partir de lait écrémé. « C´est une caractéristique qui plaît aux fromagers. » L´affinage dure quatre à six semaines. Dans le cahier des charges, l´association a préféré laisser le choix d´une cave naturelle ou artificielle, pour ne pas uniformiser le goût. Par contre, l´AOC signifierait que chaque troupeau compte au moins 20 % de vaches flamandes. Pendant l´affinage, le fromage est lavé à la bière et l´association examine la possibilité d´utiliser une bière locale.

(1) Chambre d´agriculture, association régionale de vente directe, Upra flamande, Centre régional de ressources génétiques, groupement de qualité Nord-Pas-de-Calais, Institut de l´élevage.

Les plus lus

 Chauffeur-Ramasseur de lait
Lactalis veut réduire sa collecte de lait en France

La dernière médiation avec l’Unell le laissait présager, Lactalis l’a officialisé lors de la présentation de ses résultats…

Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Franck Bonraisin, associé du Gaec La Morice
« Nous avons gagné 10 €/1 000 l grâce à une vraie stratégie de renouvellement »

Depuis deux ans, le Gaec La Morice utilise le génotypage et la semence sexée pour limiter le nombre de génisses de…

Après maïs, il est conseillé de semer dense (15 kg/ha de ray-grass pur, 13 kg/ha de ray-grass + 5 à 13 kg/ha de trèfle, 13 kg/ha de ray-grass + 8 à 10 kg/ha de vesce, ...
Quel couvert semer après un maïs ?

Très présents dans la nouvelle PAC, les couverts ont des atouts agronomiques, environnementaux et pour l’alimentation des…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière