Aller au contenu principal

Le Farm Bill incite les éleveurs laitiers américains à produire

La nouvelle loi agricole américaine introduit un système qui garantit une marge aux éleveurs laitiers, grâce à une assurance subventionnée par l’État.

Le nouveau Farm Bill revient à un recouplage des soutiens à la production, puisque le contrat d’assurance est lié à un produit.
Le nouveau Farm Bill revient à un recouplage des soutiens à la production, puisque le contrat d’assurance est lié à un produit.
© F. Mechekour

Les Américains, conscients des opportunités dans le lait, ont construit un dispositif qui sécurise les éleveurs par rapport à la volatilité des prix, et leur assure une marge minimum. « C’est clairement une incitation à produire », analyse Ralph Ichter, consultant des organisations agricoles françaises aux États-Unis. Le Farm Bill est composé de deux volets. Les bons alimentaires pèsent 80 % du budget nutritionnel et agricole qui s’élève à 956 milliards de dollars sur dix ans. Et le volet proprement agricole représente 20 % du budget.
Le nouveau Farm Bill supprime l’intégralité des aides directes aux agriculteurs, et créé ou renforce des systèmes assurantiels. Le budget permettra de subventionner les primes d’assurance et les compagnies d’assurance. Les assurances couvrent des pertes de chiffre d’affaires ou des baisses importantes de prix des cultures. Ce système isole l’agriculteur des fluctuations du marché.


Une protection contre les fluctuations des prix


Pour le lait, la réforme est plus profonde avec la suppression de l’intervention et des paiments compensatoires, et la mise en place d’une assurance de la marge. Cette marge est calculée chaque mois par le département de l’Agriculture des États-Unis (USDA), à partir du prix du lait et du coût de l’alimentation animale (l’USDA dispose d’une base de données et de références). Les éleveurs décident s’ils souscrivent ou pas à une assurance, et ils choisissent leur niveau de couverture.
Le dispositif subventionne totalement l’assurance d’une marge de 4 dollars les 50 kg de lait, soit environ 62 euros/1000 l (avec 1 euro = 1,32 dollar). Si la marge constatée n’atteint pas ce niveau pendant deux mois consécutifs, les éleveurs sont indemnisés à hauteur de cette marge.


Une marge minimale garantie d’environ 62 euros pour 1000 litres


Les éleveurs peuvent s’assurer pour des marges supérieures, jusqu’à 8 dollars les 50 kg de lait. Dans ce cas, la subvention de l’État ne prend en charge qu’une partie de la surprime d’assurance. « Descendre sous 4 dollars a été rarissime ; peut-être une ou deux fois en dix ans. Nous pensons qu’en moyenne, les éleveurs vont chercher à se couvrir pour 6 à 7 dollars les 50 kg », indique Ralph Ichter. Les volumes couverts par l’assurance la première année de fonctionnement, pour chaque exploitation, sont le niveau de production le plus élevé sur les trois dernières années. Par la suite, les volumes supérieurs à l’augmentation moyenne nationale (d’environ +1,5 % par an selon USDA) ne pourront pas bénéficier du système d’assurance. Cette règle vise à éviter un effet pervers, qui serait de continuer à produire même en cas de crise, pour toucher l’assurance. À partir d’une certaine référence laitière (équivalent à la production d’environ 200 vaches), la prime d’assurance est plus élevée pour les litrages au-delà. C’est une reconnaissance des plus petits élevages.

Pour en savoir plus

Voir aussi article d'Emmanuel Dessein dans Réussir Grandes Cultures  :

" Recouplage dans le nouveau Farm bill aux Etats-Unis "

http://www.reussir-grandes-cultures.com/actualites/recouplage-dans-le-nouveau-farm-bill-aux-etats-unis:FQH5WKZI.html

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Simon, Hadrien et Hugues Bellenguez. « L’adhésion au groupe lait de Simon lors de son installation, nous a permis de prendre rapidement conscience que nos charges étaient trop élevées. »
« Nous produisons deux fois plus de lait à moindre coût »
Au Gaec du Calvaire, dans le Pas-de-Calais. Grâce au groupe lait et au soutien de son père, Simon Bellenguez a réussi à produire…
L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
441 000 vaches laitières pourraient disparaître d’ici 2030
441 000 vaches laitières pourraient disparaître d’ici 2030
Un flux de départ important, des installations en nombre insuffisant pour remplacer tous les départs, moins de croissance et de…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière