Aller au contenu principal

Le Farm Bill incite les éleveurs laitiers américains à produire

La nouvelle loi agricole américaine introduit un système qui garantit une marge aux éleveurs laitiers, grâce à une assurance subventionnée par l’État.

Le nouveau Farm Bill revient à un recouplage des soutiens à la production, puisque le contrat d’assurance est lié à un produit.
Le nouveau Farm Bill revient à un recouplage des soutiens à la production, puisque le contrat d’assurance est lié à un produit.
© F. Mechekour

Les Américains, conscients des opportunités dans le lait, ont construit un dispositif qui sécurise les éleveurs par rapport à la volatilité des prix, et leur assure une marge minimum. « C’est clairement une incitation à produire », analyse Ralph Ichter, consultant des organisations agricoles françaises aux États-Unis. Le Farm Bill est composé de deux volets. Les bons alimentaires pèsent 80 % du budget nutritionnel et agricole qui s’élève à 956 milliards de dollars sur dix ans. Et le volet proprement agricole représente 20 % du budget.
Le nouveau Farm Bill supprime l’intégralité des aides directes aux agriculteurs, et créé ou renforce des systèmes assurantiels. Le budget permettra de subventionner les primes d’assurance et les compagnies d’assurance. Les assurances couvrent des pertes de chiffre d’affaires ou des baisses importantes de prix des cultures. Ce système isole l’agriculteur des fluctuations du marché.


Une protection contre les fluctuations des prix


Pour le lait, la réforme est plus profonde avec la suppression de l’intervention et des paiments compensatoires, et la mise en place d’une assurance de la marge. Cette marge est calculée chaque mois par le département de l’Agriculture des États-Unis (USDA), à partir du prix du lait et du coût de l’alimentation animale (l’USDA dispose d’une base de données et de références). Les éleveurs décident s’ils souscrivent ou pas à une assurance, et ils choisissent leur niveau de couverture.
Le dispositif subventionne totalement l’assurance d’une marge de 4 dollars les 50 kg de lait, soit environ 62 euros/1000 l (avec 1 euro = 1,32 dollar). Si la marge constatée n’atteint pas ce niveau pendant deux mois consécutifs, les éleveurs sont indemnisés à hauteur de cette marge.


Une marge minimale garantie d’environ 62 euros pour 1000 litres


Les éleveurs peuvent s’assurer pour des marges supérieures, jusqu’à 8 dollars les 50 kg de lait. Dans ce cas, la subvention de l’État ne prend en charge qu’une partie de la surprime d’assurance. « Descendre sous 4 dollars a été rarissime ; peut-être une ou deux fois en dix ans. Nous pensons qu’en moyenne, les éleveurs vont chercher à se couvrir pour 6 à 7 dollars les 50 kg », indique Ralph Ichter. Les volumes couverts par l’assurance la première année de fonctionnement, pour chaque exploitation, sont le niveau de production le plus élevé sur les trois dernières années. Par la suite, les volumes supérieurs à l’augmentation moyenne nationale (d’environ +1,5 % par an selon USDA) ne pourront pas bénéficier du système d’assurance. Cette règle vise à éviter un effet pervers, qui serait de continuer à produire même en cas de crise, pour toucher l’assurance. À partir d’une certaine référence laitière (équivalent à la production d’environ 200 vaches), la prime d’assurance est plus élevée pour les litrages au-delà. C’est une reconnaissance des plus petits élevages.

Pour en savoir plus

Voir aussi article d'Emmanuel Dessein dans Réussir Grandes Cultures  :

" Recouplage dans le nouveau Farm bill aux Etats-Unis "

http://www.reussir-grandes-cultures.com/actualites/recouplage-dans-le-nouveau-farm-bill-aux-etats-unis:FQH5WKZI.html

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
Matthias Frei, éleveur en Gaec dans les Vosges
"A cause des sécheresses, nous élevons moins d'animaux"
Matthias Frei, en Gaec dans les Vosges avec des vaches laitières et allaitantes, témoigne d'un été qui pénalise encore les…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière