Aller au contenu principal

Le drive des Superfermiers

Cinq exploitants des Pyrénées-Atlantiques et des Landes ont créé un drive qui propose quatre points de retrait possibles, avec en support une Cuma matériel-travail et des animations.

© www.superfermiers.fr

Depuis décembre 2013, cinq exploitants de la région d'Orthez produisant des fromages et produits laitiers bio, du lait bio et de la glace, des légumes bio, des canards gras et des poulets et agneaux, commercialisent leurs produits par le drive des Superfermiers. Les clients passent leurs commandes et paient sur le site www.superfermier.fr. Et, le vendredi ou le samedi, ils retirent les produits au choix sur quatre des cinq fermes. « Nous réfléchissions au moyen de vendre collectivement nos produits, explique Fanny Ferrand, productrice de fromages et produits laitiers bio avec son mari Jean-Baptiste et porte-parole de l'association les Superfermiers. Nous n'avions ni l'envie ni les moyens de créer un magasin collectif qui demande du temps et des investissements. Nous avons donc choisi de créer un drive. Et parce que notre but est de faciliter l'accès aux produits fermiers, le retrait est possible sur les quatre exploitations ayant un magasin. Cela permet aussi de rayonner sur une plus grande surface. » Le site internet a été développé avec la chambre d'agriculture des Landes et le réseau Bienvenue à la ferme.

 

Les clients apprécient de venir sur une ferme chercher leur commande

 

« Les clients passent leurs commandes avant mardi minuit. Cela nous permet de préparer nos produits pour le vendredi ou le samedi. Puis, l'un d'entre nous, à tour de rôle, fait le tour des fermes pour ramasser les commandes et les déposer sur les sites de retrait choisis par les clients. »
Créé il y a quelques mois, dans une zone rurale entourant une ville de 10 000 habitants, le drive enregistre déjà quinze à cinquante commandes par semaine, avec en moyenne vint à trente commandes de 40 euros et une très bonne fidélisation. « Le drive a permis de toucher une nouvelle clientèle, notamment des jeunes couples avec enfants, qui utilisent internet et recherchent des produits sains et bons mais n'ont pas le temps de courir les fermes, souligne Fanny Ferrand. Le drive et les quatre points de retrait possibles simplifient leurs achats. Le chiffre d'affaires de nos magasins n'a pas baissé depuis la création du drive. C'est aussi un mode de vente complémentaire des Amap, plus adapté à des consommateurs qui ne veulent pas forcément acheter les mêmes produits chaque semaine. »
Pour Fanny et Jean-Baptiste Ferrand, le drive représente ainsi déjà 8-10 % du chiffre d'affaires fromage. « Nos clients commandent plus régulièrement. » La logistique étant essentielle au bon fonctionnement du drive, les cinq exploitants ont également créé une Cuma. « La Cuma permet d'acheter en commun du matériel comme des glacières, des emballages et sans doute à l'avenir un véhicule frigo et d'autres équipements. Et elle sert aussi de banque de travail pour le fonctionnement du drive. » Les ventes se développant, les cinq agriculteurs ont proposé à d'autres producteurs de les rejoindre. Un producteur de vin, raisin de table et jus de raisin, un producteur d'oeufs, un apiculteur, un producteur de spiruline et un arboriculteur devraient prochainement élargir l'offre du drive.

Gastronomie et loto-bouses !

Pour se faire connaître, les Superfermiers ont distribué des prospectus, bénéficié d'articles de presse et obtenu le parrainage de deux chefs renommés, David Ducassou, du restaurant
Le Cap e Tot, à Orthez, et Yves Camdeborde, béarnais d'origine et chef d'un restaurant parisien. Ils organisent aussi des portes ouvertes sur les fermes, des repas  et des animations. « En 2013, lors d'une porte ouverte, nous avons organisé un loto-bouses, raconte Fanny Ferrand. Nous avons dessiné 500 cases sur une dalle bétonnée et y avons lâché quatre vaches, les visiteurs misant chacun sur une case. Le détenteur de la case recevant la première bouse gagnait un repas pour deux personnes au restaurant Le Cap e Tot, le deuxième 150 EUR et le troisième  300 EUR en bons d'achat de nos produits. » En 2014, une porte ouverte sera organisée sur la ferme La Clé des champs à Casteide Candeau (Pyrénées-Atlantiques) qui produit des glaces avec démonstration de chiens de troupeau, et des animations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
L’insémination par l’éleveur fait toujours plus d'adeptes
Près de 5 400 éleveurs (+ 6 %/2019) ont réalisé eux-mêmes les inséminations dans leur troupeau en 2020. L’IPE a représenté 12 %…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière