Aller au contenu principal

Sitôt semé, sitôt traité !
Le désherbage du maïs sur le rang au semis à l’essai

Tel est le principe de la pulvérisation couplée au semoir. Pratiquée sur le rang, cette technique économise un passage et les doses d’herbicide de deux tiers.

LE SEMOIR EST ÉQUIPÉ
D’UN SYSTÈME DE
PULVÉRISATION sur
le rang au semis.
Le dispositif comporte
un débit proportionnel
à l’avancement pour
appliquer une dose
d’herbicide régulière
sur le rang.
LE SEMOIR EST ÉQUIPÉ
D’UN SYSTÈME DE
PULVÉRISATION sur
le rang au semis.
Le dispositif comporte
un débit proportionnel
à l’avancement pour
appliquer une dose
d’herbicide régulière
sur le rang.
© Syngenta

Désherber au moment du semis permet de tout faire un seul passage et d’appliquer des produits de pré-levée lorsque la terre est fraîche. Le principe est simple : il suffit d’équiper le semoir d’un système de pulvérisation, de préférence avec un système DPA (débit proportionnel à l’avancement) de telle sorte que la dose d’herbicide soit identique quelle que soit la vitesse d’avancement du tracteur.

Selon la hauteur et le nombre de buses employées, la pulvérisation intervient en plein ou sur le rang. Le traitement sur le rang au semis offre la possibilité de réduire la quantité d’herbicides utilisée de deux tiers. Au lieu de traiter en plein toute la surface du champ, seule une bande de 30 cm de large au niveau du rang de maïs est traitée.

Treize démonstrations ont été réalisées en 2010 en Bretagne, Pays-de-la Loire, et Basse-Normandie par la société Syngenta Agro pour tester cette technique( 1) sur des parcelles à risque de transfert par ruissellement. Pour quels résultats? « Les exploitants ont été satisfaits du désherbage au semis lorsque la pluviométrie dans les 15 jours suivants cette intervention s’est montrée supérieure à 10mm», précise l’équipe technique de Syngenta.

D’après les résultats obtenus, le traitement sur le rang apparaît aussi efficace que celui appliqué en plein à une dose proche de celle de l’homologation, à condition toutefois que la pluviométrie soit suffisante.

Efficace s’il pleut suffisamment après le semis

Lorsque le désherbage sur le rang au semis est suivi d’un rattrapage chimique, l’efficacité et le coût apparaissent similaires à ceux des stratégies de pré-levée classiques. Par contre, si la deuxième intervention est un binage, cette stratégie demande plus de temps de travail pour un résultat légèrement moins bon, mais avec un IFT très bas. « Par ailleurs, si le désherbage de pré-levée ne s’est pas révélé efficace du fait d’une pluviométrie insuffisante après le semis, le résultat apparaît mauvais après binage. Les adventices présentes sur le rang finissent par gagner et recouvrir l’inter-rang. »

L’investissement dans le kit de pulvérisation se montre relativement lourd et s’envisage plutôt en Cuma. Cela dit, il est polyvalent et s’adapte sur tout type de semoir. Son coût peut donc s’amortir sur plusieurs cultures. (1) Deux doses de Camix testées 3 ou 3,5 l/ha.

Patrick GOHIER, éleveur à Tremblay dans le Maine-et-Loire : « Attention aux conditions d’application »

« C’est la troisième campagne que je sème et traite sur le rang mes 25 hectares de maïs en un seul passage. La Cuma a investi il y a trois ans dans un kit de pulvérisation(1) qui s’adapte sur le semoir 8 rangs. Une cuve de 600 l, équipée d’une pompe électrique, se positionne sur le relevage avant du tracteur. Et à l’arrière, sur le semoir, un système d’électrovannes ouvre et ferme automatiquement les buses en bout de parcelles.

Le matériel est aussi équipé d’un DPA pour un traitement régulier quelle que soit la vitesse d’avancement. J’effectue ensuite deux binages, le premier au stade 3-6 feuilles (5-6 km/h), le second à 8-10 feuilles (8 km/h).

Le gros avantage est de réduire de deux tiers les doses d’herbicides de pré-levée et de profiter de l’effet positif du binage sur la culture.

Par contre, il faut y passer plus de temps et parfois le traitement n’est pas possible en raison du vent ou du manque d’eau. L’an dernier, 10 hectares n’ont pas pu être traités au semis. »

(1) 11 000 euros.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière