Aller au contenu principal
Font Size

Aliment du bétail
« Le dactyle est sous-utilisé »

L´avis des semenciers...


James Gautron, chef marché fourragères Limagrain(1)
« Le dactyle est une plante pleine d´intérêts : il peut tenir au moins six ans, n´épie qu´une fois au printemps, pousse jusqu´à 30 ºC, permet de faire des regains d´excellente qualité. Les nouvelles variétés sont très résistantes aux maladies (contrairement aux anciennes). Elles sont très tardives - excepté une ou deux variétés - et ont gagné 10-15 jours en souplesse d´exploitation. C´est une plante qui demande d´être très réactif au printemps et elle n´aime pas l´humidité. Le dactyle pourrait être cultivé davantage, dans le Centre-Bretagne par exemple.
Pourquoi avoir sorti un dactyle hybride comme Luflor ? Pour bénéficier de l´effet hétérosis qui permet d´obtenir une excellente productivité (+ 10 % par rapport aux témoins) et résistance aux maladies. »
Philippe Gratadou, chef produit fourragères Jouffray Drillaud(2)
« Le plus gros atout du dactyle est d´amener de la production en été. C´est aussi une espèce sur laquelle on peut mettre les animaux de bonne heure. Notre variété Accord (demi-tardive) a un démarrage particulièrement précoce avec une excellente production bien répartie dans l´année. Dans les zones plus tardives, les variétés plus tardives d´épiaision sont plus adaptées.
Le dactyle est la graminée qui a bénéficié du plus gros progrès génétique : résistance aux maladies, souplesse d´exploitation, augmentation de la productivité. Les variétés de plus de 15 ans, non résistantes aux maladies, sont condamnées. Il est en progression au niveau des ventes, mais n´est pas encore utilisé à sa juste valeur (sauf dans le Pays basque). L´été avec 5-6 mm d´eau, on le voit repartir grâce à son système racinaire de surface. Il est en train de se développer en Pays de la Loire. »
Olivier Estrade, directeur des ventes fourragères Barenbrug(3)
« Le dactyle est une espèce qui a été beaucoup travaillée en sélection et dont les ventes progressent. Il se développe aujourd´hui dans des régions moins séchantes. Cette graminée qui pousse encore en été est alors utilisée en complément de prairies productives au printemps. De gros progrès ont été réalisés sur la souplesse d´exploitation notamment avec l´arrivée de la variété Lupré en 1992. Elle reste la meilleure variété sur ce critère et se rapproche d´un type RGA tardif. C´est la variété la plus vendue en France. Le dactyle est beaucoup utilisé en mélange avec de la luzerne, du trèfle blanc, du RGA ou de la fétuque élevée. Etant donné le coût élevé de la semence et la difficulté d´implantation des graminées pérennes comme le dactyle, les variétés qui s´installent très vite sont très appréciées. »
Xavier Lacan, chef produit fourragères RAGT(4)
« Le dactyle a une mauvaise réputation dans le Nord-Ouest. Pourtant c´est une plante formidable en été. D´après nos essais de Montours (35), il apporte 1,2 tMS supplémentaire pendant l´été par rapport à un RGA. Mieux vaut éviter de semer trop clair si l´on veut éviter qu´il ne pousse en touffes, surtout avec du RGA en dormance estivale. En mélange, notamment avec du RGA concurrentiel à l´installation, mais dormant l´été, le dactyle peut former des touffes : il faut éviter de le semer trop clair. On oublie souvent que les jeunes tiges au stade début montaison sont très appréciées des animaux car ils accumulent des sucres solubles. Son démarrage de printemps précède de quelques jours celui du RGA mais il est surtout beaucoup plus rapide. Dans les zones contraignantes de type hiver froid et été sec, le dactyle est la graminée la plus productive. Certains de nos essais, dans le Massif Central, ont montré une production deux fois supérieure à celle du RGA. L´originalité de notre programme est d´assembler des dactyles océaniques et continentaux de manière à obtenir des variétés à la fois dynamiques en repousse et donc très appétentes au pâturage, et tolérantes au froid. »
(1) Luflor (dactyle « hybride »), Aramis, Porthos.
(2) Accord (demi-tardive), Vaillant.
(3) Lupré, Cristobal, Lumont (dactyle « hybride » ou composite), Barmoral.
(4) Greenly, Grassly, Starly.

Voir aussi RLE 178 de février 2005 p. 51 pour les caractéristiques des variétés les plus vendues
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière